La Ligue Odebi a commencé cette semaine une vaste remise en question de ses méthodes d'action. Dans un manifeste publié mardi, la Ligue regrette les actions essentiellement médiatiques menées ces dernières années au détriment de contributions sur le fond.

Mise à jour – La Ligue Odebi nous informe qu’elle se désolidarise de l’initiative prise par Pierre-Jean Duvivier, précisant qu’elle n’est en aucune façon à l’origine de ce manifeste.

Article du 01 juin – À l’occasion de ses neuf années d’existence, la Ligue Odebi a publié cette semaine un manifeste plutôt inattendu dans lequel elle annonce une profonde remise en question de ses méthodes. Après une certaine radicalisation dans ses actions, la Ligue Odebi semble vouloir s’engager dans une voie nettement plus mesurée afin de devenir un « mouvement de résistance sans violence« .

L’affaire Wawamania en particulier a cristallisé les positions des uns et des autres, déchaînant les passions sur fond de lutte pour la liberté de diffusion des œuvres sur Internet et de lutte contre la loi Hadopi. « La Ligue va se perdre dans l’affaire Wawamania, en ne sachant pas argumenter sa défense des principes et non du site » explique Pierre-Jean Duvivier, auteur du manifeste.

« Je suis encore convaincu que la défense de Zac était logique mais la Ligue aurait dû expliquer en quoi elle défendait des principes relatifs en particulier aux modes répressifs de la défense du droit d’auteur et non l’individu ou l’organisation derrière« . Le débat de l’époque avait malheureusement tourné à la foire d’empoigne, avec comme point culminant une attaque DDOS contre le blog de Bluetouff.

Dans son manifeste, la Ligue Odebi s’interroge également sur le devenir de son « armée numérique« . « Nous nous sommes clairement mis dans le camp de ceux qui justifient la mise en place d’un Internet civilisé. […] Nous avons éloigné les plus modérés d’entre nous, attirés ceux qui souhaitaient en découdre et perdu toute vision dans les objectifs à atteindre au détriment du sensationnel immédiat » explique la Ligue.

« En étant borderline, nous exposions aussi de fait nos membres à de possibles actions en justice qui auraient été du pain béni pour les tenants du tout répressif sur Internet. J’ai poussé à la création de l’armée numérique, qui reste une bonne idée pour fédérer, mais j’ai tout faux dans la méthode et le type d’action » poursuit Pierre-Jean Duvivier, qui regrette également l’absence de débat interne démocratique.

La Ligue Odebi veut donc repartir sur des bases saines. Dimanche, elle a annoncé la mise en place d’une assemblée constituante chargée de définir un programme, un code d’éthique et un corpus idéologique. Cette assemblée constituante doit être le point de départ d’une Ligue se voulant « apolitique, démocratique et ouvert pour la défense de nos libertés fondamentales« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés