Apparu il y a un peu plus de deux ans, Android s'est rapidement imposé auprès des mobinautes. Selon les estimations d'un cabinet d'analyse, l'O.S. soutenu par Google équipe d'ores et déjà plus d'un smartphone sur trois. D'ici quelques années, le ratio pourrait bien être près d'un terminal sur deux.

Android sera-t-il aux smartphones ce qu’est Windows aux ordinateurs ? Alors que les produits de Microsoft continuent de représenter la majorité des systèmes d’exploitation déployés dans le monde, Google est en passe de prendre la moitié du secteur des plates-formes mobiles. D’après une étude réalisée par IDC, Android pourrait bien peser d’ici quatre ans près de 50 % des O.S. mobiles.

S’il ne s’agit que de projections lointaines, force est de reconnaître qu’Android a d’ores et déjà démontré sa capacité à séduire beaucoup de mobinautes. D’ici la fin de l’année, la part de marché de la plate-forme devrait atteindre 39,5 %, contre 20,9 % pour Symbian, en deuxième position. Derrière, nous retrouvons au coude-à-coude iOS et Blackberry, respectivement à 15,7 % et 14,9 %.

En 2015, le paysage aura profondément évolué. Si iOS et Blackberry auront su maintenir leur part de marché (15,3 % et 13,7 %), Android aura très nettement progressé. La plate-forme sera à 45,4 % de parts de marché, loin devant ses concurrents directs. Par ailleurs, la part de marché de Symbian se sera effondrée à cette date (0,2 % !), tandis que celle de Windows Phone – grâce au partenariat avec Nokia – aura atteint 20,9 %, doublant Apple et RIM.

Dans une étude précédente concernant le marché européen, le cabinet IDC avait calculé que la croissance annuelle d’Android va atteindre 37 % jusqu’en 2015, dépassant du même coup le rythme de croisière du système d’exploitation d’Apple. Ce dynamisme tient en partie à l’ouverture d’Android prônée par Google, permettant aux fabricants de smartphones d’utiliser et de personnaliser l’O.S. pour leurs appareils.

Contrairement à Apple qui réserve l’iOS pour les produits que l’entreprise fabrique elle-même, Google a adopté la tactique inverse. Plutôt que de s’en remettre à une communauté très fidèle mais en même temps peu nombreuse, le géant américain souhaite imposer Android comme le standard des systèmes d’exploitation mobiles. À l’image de Microsoft avec Windows.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés