Il n’est pas certain qu’elle soit d’un grand intérêt pour le commun des utilisateurs, mais elle va dans le bon sens. La Sacem a annoncé lundi le lancement de sa première application mobile, Les Oeuvres, disponible sur l’App Store (iPhone, iPad, iPod touch) et l’Android Market. L’application permet « de retrouver les ayants droit d’une œuvre du répertoire représenté par la Sacem » à partir du titre de l’œuvre. Il s’agit donc d’une déclinaison mobile du service déjà disponible sur le site Internet de la Sacem, et qui permet par exemple de s’assurer qu’une œuvre sous licence libre n’est pas, en fait, gérée par la société de gestion collective.

Pratique, mais quasiment inexploitable lorsque plusieurs œuvres portent le même titre. Beaucoup moins pratique, en tout cas, qu’un Shazam qui permet de retrouver le nom d’une chanson et ses métadonnées à partir d’un extrait musical, ou en sifflotant l’air. L’idéal serait de pouvoir croiser les deux services, mais la Sacem n’a jamais accepté d’ouvrir sa base de données, qui ne reste interrogeable que titre par titre. A l’heure de l’open data, c’est bien dommage. Surtout si ça peut servir l’intérêt des artistes représentés.

Outre la musique, le catalogue de la Sacem comprend également des sketchs, de la poésie, des documentaires musicaux, des vidéoclips, des doublages de films et des extraits d’œuvres dramatiques et dramatico-musicales.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés