Publié par Guillaume Champeau, le Jeudi 22 Avril 2010
BRÈVE

L'INPI et la Cité des Sciences voulaient "éviter tout mélange des genres"

Hier, nous rapportions qu'à la demande de l'INPI, la Cité des Sciences avait décidé presque au dernier moment de ne pas présenter le petit texte qui était prévu à propos des les licences libres, dans son exposition sur la contrefaçon qui dure jusqu'au 13 février 2011. L'INPI avait été accusé de censure par l'auteur du texte. Contacté dans la matinée, l'Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) n'avait pas pu nous apporter d'explication, et avait promis de revenir vers nous. C'est chose faite, par la voie d'un communiqué.

"A quelques jours de l'ouverture de l'exposition, le comité de pilotage de l'exposition, a décidé collégialement que ce texte, qui prend la forme d'un sonore, ne figurerait pas dans l'exposition. Nous avons finalement choisi de ne pas aborder le thème du logiciel libre dans cette exposition sur la contrefaçon afin d'éviter toute confusion et
mélange des genres entre libre et contrefaçon, pour un public non-initié. Il ne s'agit donc en aucun cas d'une censure mais d'un souci légitime de clarté
", indiquent la Cité des Sciences et l'INPI qui co-signent le communiqué.

"De manière générale, le logiciel libre trouve sa place aussi bien à l'INPI, qu'à la Cité", assurent-ils.

L'INPI, qui ne veut pas être taxé d'anti-libre, apporte des preuves de bonne foi. L'Insittut "les utilise largement pour ses propres besoins", et a notamment "choisi le logiciel libre Typo3 pour la gestion des contenus de ses sites Internet et Intranet, OCS-Inventory et GLPI pour la gestion de son parc informatique, et Nagios pour la supervision informatique".

Quant à la Cité, elle rappelle qu'elle a depuis longtemps organisé des conférences et des démonstrations d'installations de logiciels libres, et qu'elle soutient le mouvement dans son Carrefour Numérique, tout au long de l'année. Une "Ubuntu Party" y sera organisée gratuitement les 29 et 30 mai prochain.

"Dans le cadre de l'expo " Contrefaçon ", le Carrefour numérique organise ainsi des démos sur la contrefaçon numérique : Comment protéger ses créations numériques ? Les œuvres (création, logiciels). Qu'est ce que la propriété intellectuelle et droit de la création ? Comment les œuvres sont analysées par un ordinateur ? Comment sont-elles numériquement "protégées" ?, où il est évidemment question des logiciels libres", concluent les deux partenaires.

Publié par Guillaume Champeau, le 22 Avril 2010 à 11h36
 
33
Commentaires à propos de «L'INPI et la Cité des Sciences voulaient "éviter tout mélange des genres"»
Inscrit le 10/12/2008
1426 messages publiés
Il n'y aucun mélange des genres.

La PI dont s'occupe l'INPI regroupe 2 branches:
1/ La propriété littéraire et artistique (droits d'auteur, copyright etc)
2/ La propriété industrielle (brevets, marques, labels etc)

Les licences libres (CC, GPL, Art Libre etc) se basent sur les fondements juridiques internationaux de la PI et font partie intégrante de la PI.

Bref, le libre avait sa place amplement dans cette expo.

Et je rappelle que le libre peut aussi être victime de contrefaçon ou de violation de droits comme c'est le cas de Free avec sa box. Pleins d'autres exemples existent.
Inscrit le 15/05/2009
115 messages publiés
Piratomane, le 22/04/2010 - 11:41

Il n'y aucun mélange des genres.

La PI dont s'occupe l'INPI regroupe 2 branches:
1/ La propriété littéraire et artistique (droits d'auteur, copyright etc)
2/ La propriété industrielle (brevets, marques, labels etc)

Les licences libres (CC, GPL, Art Libre etc) se basent sur les fondements juridiques internationaux de la PI et font partie intégrante de la PI.


Non, INPI ne signifie pas Institut National de la Propriété Intellectuelle mais Institut National de la Propriété Industrielle (source : http://www.inpi.fr/). Donc uniquement la seconde branche. Cela ne change rien à l'histoire mais c'est juste une précision
Inscrit le 06/03/2009
184 messages publiés
Piratomane> Pour free, merci d'attendre le jugement avent de donner des certitudes.

Si je dis « Tu es un imbécile. » il s'agit de mon jugement, et si celui-ci faisait fois, ça fait longtemps que j'en abuserai ;-)

Pour le procès de free, je l'attends avec impatience, histoire de pouvoir éclaircir la petite zone de flou sur le terme « distribution » de la licence GPL.
Inscrit le 02/04/2010
986 messages publiés
"Souci légitime de clarté"
S'il y a un risque de "mélange des genres", c'est qu'il y a besoin aussi d'explications. Le public a besoin d'être "éduqué" et ce genre de comportement les "éduque" plutôt dans l'autre sens, c'est-à-dire à ne pas comprendre les enjeux.

Les excuses bidons (dont "nous utilisons aussi les logiciels libres" que sort l'INPI) sont doublement hypocrites: de un, ils profitent de la communauté du libre en étant d'ardents promoteurs du modèle propriétaire; de deux, ils prétendent vouloir "éviter la confusion", mais font tout pour l'entretenir.

Il y a des progrès à faire tant moralement qu'en termes de communication.
Inscrit le 22/04/2009
594 messages publiés
"Ubuntu Pary" c'est un jeu de mots entre party et Paris?
Inscrit le 07/06/2009
226 messages publiés
Mouais, ça sent le rétropédalage en catastrophe, tout ça... Et puis l'argument selon lequel ils utilisent du libre ne vaut pas tripette: ce genre de vampires de la propriété intellectuelle n'agissent qu'en fonction de leurs intérêts financiers. Qu'ils ne me fassent surtout pas croire qu'ils utilisent du libre car ils adhèrent à sa philosophie! La philosophie, ça ne se brevette pas, ça n'a donc pour eux aucun intérêt.
Inscrit le 10/10/2009
5 messages publiés
J'aime bien le ubuntu pary
Inscrit le 20/05/2009
5389 messages publiés
Il faut admettre que l'argument de la confusion pour des non-initiés (90% du public cible de la cds) reste assez valable. Si dès le départ, aucun sujet sur le libre, dans une expo sur la contre-façon, n'avait eu lieu, on aurait par contre et très probablement poussé de hauts cris s'ils avaient voulu l'y rajouter, et le tout avec la même argumentation.
Inscrit le 07/10/2008
56 messages publiés
c'est pas en évitant le sujet qu'ils vont lever la confusion chez les non initiés ...
Et c'est pas en annonçant utiliser des logiciels libres qu'ils prouvent qu'ils s'intéressent au libre. Le fait que windows soit installé sur mon pc ne fait pas de moi un fervent supporter de microsoft.
Inscrit le 20/05/2009
5389 messages publiés
cumulonimbus, le 22/04/2010 - 13:22

c'est pas en évitant le sujet qu'ils vont lever la confusion chez les non initiés ...


C'est pas en en parlant qu'ils vont l'éviter. Par contre, à force d'y réfléchir, je me pose de plus en plus la question de savoir mais qu'est-ce que viendrait foutre un sujet sur le Libre dans une expo sur la contre-façon.

Car au fond, sérieusement, c'est quoi le rapport ? Le libre c'est légal, c'est authentique, c'est souvent gratuit et tout aussi fiable, bref c'est pour ainsi dire tout ce que la contrefaçon ne sera jamais.

Autant ne pas faire l'amalgame. Ou l'accentuer.
[message édité par qaruk.zurack le 22/04/2010 à 13:47 ]
Inscrit le 02/07/2008
1299 messages publiés
qaruk.zurack, le 22/04/2010 - 13:47

C'est pas en en parlant qu'ils vont l'éviter. Par contre, à force d'y réfléchir, je me pose de plus en plus la question de savoir mais qu'est-ce que viendrait foutre un sujet sur le Libre dans une expo sur la contre-façon.

Car au fond, sérieusement, c'est quoi le rapport ? Le libre c'est légal, c'est authentique, c'est souvent gratuit et tout aussi fiable, bref c'est pour ainsi dire tout ce que la contrefaçon ne sera jamais.

Autant ne pas faire l'amalgame. Ou l'accentuer.

Sauf que pour les gens qui ne connaissent pas le libre, l'amalgame qui peut ressortir d'une telle exposition est qu'un logiciel est forcément propriétaire (tout logiciel open-source devenant dans leur tête une contrefaçon), et que télécharger ou réutiliser une musique, une photo ou une vidéo est forcément illégal puisque violant forcément le droit d'auteur (là encore par méconnaissance des Creative Commons).

D'autre part, il faut savoir qu'un logiciel intégrant du code sous licence GPL distribué en closed-source s'apparente en quelque sorte à... une contrefaçon. Plus généralement, redistribuer des programmes ou contenus sous licence libre en ne respectant pas cette licence s'apparente à une contrefaçon...
Inscrit le 20/05/2009
5389 messages publiés
CounterFragger, le 22/04/2010 - 13:57

Sauf que pour les gens qui ne connaissent pas le libre, l'amalgame qui peut ressortir d'une telle exposition est qu'un logiciel est forcément propriétaire (tout logiciel open-source devenant dans leur tête une contrefaçon),


Sauf que les gens qui ne connaissent pas le libre, ils connaissent pas le libre. Si je te parle enthalpie thermodynamique, je suppose que ça ne t'est jamais arrivé de le confondre avec la fabrication industrielle de la chaussette de laine. Parce que tu connais pas (sauf si tu connais, et dans ce cas tu confonds pas, de toi-même).
Les gens qui n'y connaissent rien, soit on leur dit tout de façon non ambigüe, soit on leur dit rien. Être à mi-chemin c'est le terreau fertile parfait pour l'amalgame, l'à-peu-près.



CounterFragger, le 22/04/2010 - 13:57

et que télécharger ou réutiliser une musique, une photo ou une vidéo est forcément illégal puisque violant forcément le droit d'auteur (là encore par méconnaissance des Creative Commons).


L'expo est sur la contrefaçon, je ne pense pas que les œuvres de l'esprit (aka non industrielle) y prendront une place aussi importante, au point d'évoquer à Mme Michu et son fiston Kevin la notion de téléchargement et de droit d'auteur.
Et de toute façon, à l'heure actuelle la loi est claire sur le dl de musique : c'est de la contrefaçon. C'est une donnée technique en tant que telle. Autant ne pas mélanger cet exemple avec la notion de libre ou de CC (ou GNU etc.). Parce que l'amalgame est au coin du stand.


CounterFragger, le 22/04/2010 - 13:57

D'autre part, il faut savoir qu'un logiciel intégrant du code sous licence GPL distribué en closed-source s'apparente en quelque sorte à... une contrefaçon. Plus généralement, redistribuer des programmes ou contenus sous licence libre en ne respectant pas cette licence s'apparente à une contrefaçon...


Certes.


Bref, la question que je me pose c'est, au sein d'une telle exposition (c'est en dessous du niveau de C'est pas Sorcier, il faut l'indiquer tout de même), et donc en cible d'une telle population de profane, est-il réellement prudent d'injecter un sujet aussi sensible, technique quoiqu'on en dise, et sujet à mécompréhension ?
La prudence est à mon sens de mise.
[message édité par qaruk.zurack le 22/04/2010 à 14:19 ]
Inscrit le 02/07/2008
1299 messages publiés
qaruk.zurack, le 22/04/2010 - 14:16

Sauf que les gens qui ne connaissent pas le libre, ils connaissent pas le libre. Si je te parle enthalpie thermodynamique, je suppose que ça ne t'est jamais arrivé de le confondre avec la fabrication industrielle de la chaussette de laine. Parce que tu connais pas (sauf si tu connais, et dans ce cas tu confonds pas, de toi-même).
Les gens qui n'y connaissent rien, soit on leur dit tout de façon non ambigüe, soit on leur dit rien. Être à mi-chemin c'est le terreau fertile parfait pour l'amalgame, l'à-peu-près.

Justement, leur parler du libre, de ses avantages et ses inconvénients par rapport au modèle fermé leur aurait permis d'en prendre connaissance, d'en comprendre le principe, pour que son rayonnement ne reste pas confidentiel et réservé à des "initiés". Le "mi-chemin", selon moi, c'est connaître de façon partielle (en l'occurrence, le modèle propriétaire) les solutions qui existent pour le dépôt des oeuvres et des logiciels. Les informer du libre, c'est les informer des moyens d'éviter la contrefaçon.

Pour prendre un exemple : un membre de ma famille veut concevoir un site dédié à l'histoire de l'Art. Sachant pertinemment que beaucoup de représentations photographiques d'oeuvres du domaine public sont sous droit d'auteur (ce que je trouve totalement scandaleux, mais c'est un autre débat), il se demandait comment faire. J'ai dû l'informer de la solution des photos sous Creative Commons, dont il n'avait jamais entendu parler.

qaruk.zurack, le 22/04/2010 - 14:16

L'expo est sur la contrefaçon, je ne pense pas que les ½uvres de l'esprit (aka non industrielle) y prendront une place aussi importante, au point d'évoquer à Mme Michu et son fiston Kevin la notion de téléchargement et de droit d'auteur.

D'après le dossier de presse que j'ai lu sur le site de la Cité des Sciences, la place des oeuvres de l'esprit ne semble pas si anecdotique que ça. Le "piratage" y est évoqué, avec un soutien à peine masqué pour la loi Hadopi (clairement mentionnée comme "solution" !). Sans oublier que la SACEM est elle aussi sponsor de cette expo (en plus, fait plus réjouissant, d'une association qui prône le droit à la copie privée).

qaruk.zurack, le 22/04/2010 - 14:16

Et de toute façon, à l'heure actuelle la loi est claire sur le dl de musique : c'est de la contrefaçon. C'est une donnée technique en tant que telle. Autant ne pas mélanger cet exemple avec la notion de libre ou de CC (ou GNU etc.). Parce que l'amalgame est au coin du stand.

Là encore, justement, télécharger de la musique sous Creative Commons n'est en aucun cas de la contrefaçon, puisque l'autorisation de distribution est clairement mentionnée dans la (les) licence(s). Après, ce qui reste effectivement (très) difficile pour Madame Michu est de distinguer le contenu sous CC du contenu sous droit d'auteur "classique", de là pourrait provenir l'amalgame...

qaruk.zurack, le 22/04/2010 - 14:16

Bref, la question que je me pose c'est, au sein d'une telle exposition (c'est en dessous du niveau de C'est pas Sorcier, il faut l'indiquer tout de même), et donc en cible d'une telle population de profane, est-il réellement prudent d'injecter un sujet aussi sensible, technique quoiqu'on en dise, et sujet à mécompréhension ?
La prudence est à mon sens de mise.

Pour le niveau, c'est pas faux ! Mais tu me donnes des inquiétudes quant au niveau intellectuel des gens et à leur faculté de compréhension du distingo libre-propriétaire...

Sinon, le dossier de presse relate l'intervention d'un directeur de recherche du CNRS quant à la perversité des brevets pharmaceutiques, à défaut de parler du libre, il y a quand même un bon point dans cette expo !
[message édité par CounterFragger le 22/04/2010 à 15:18 ]
Inscrit le 20/05/2009
5389 messages publiés
CounterFragger, le 22/04/2010 - 15:17

Justement, leur parler du libre, de ses avantages et ses inconvénients par rapport au modèle fermé leur aurait permis d'en prendre connaissance, d'en comprendre le principe, pour que son rayonnement ne reste pas confidentiel et réservé à des "initiés" (...)


Euh... toi, t'es clairement jamais allé à la Cité de Sciences de la Vilette. Non ?
C'est bien gentil, mais c'est pas là-bas, justement, que tu es sûr de mener une mission de communication éducative complète et claire. Ce qu'il faut faire par ailleurs, on est bien d'accord.
Mais à pas à la Villette. C'est Pas Sorcier, c'est BIEN MIEUX. (sans rire : tu te trompe pas de sens de la visite, tu as pas des mioches qui crient dans tous les coins, pas de salles mal éclairées ou mal organisée où tu sais même pas le thème général -- ah merde c'est la buvette, oups)

CounterFragger, le 22/04/2010 - 15:17

D'après le dossier de presse que j'ai lu sur le site de la Cité des Sciences, la place des oeuvres de l'esprit ne semble pas si anecdotique que ça. Le "piratage" y est évoqué, avec un soutien à peine masqué pour la loi Hadopi (clairement mentionnée comme "solution" !). Sans oublier que la SACEM est elle aussi sponsor de cette expo (en plus, fait plus réjouissant, d'une association qui prône le droit à la copie privée).


Bah c'est personnellement avec ça, que j'aurais peur que la place prise (ou laissée) au libre n'en soit justement qu'une mascarade...
Et puis encore une fois, je ne vois pas en quoi Libre et Piratage ont quoique ce soit à voir, de façon aussi directement antagoniste en tout cas. On peut faire de la contrefaçon de Libre, comme tu l'as dit toi-même, et le Libre n'est pas LA solution aux problèmes de piratage en général. Le problème est et a toujours été la valeur et le PRIX. L'argent, quoi.


CounterFragger, le 22/04/2010 - 15:17

Pour le niveau, c'est pas faux ! Mais tu me donnes des inquiétudes quant au niveau intellectuel des gens et à leur faculté de compréhension du distingo libre-propriétaire...

Sinon, le dossier de presse relate l'intervention d'un directeur de recherche du CNRS quant à la perversité des brevets pharmaceutiques, à défaut de parler du libre, il y a quand même un bon point dans cette expo !


Le niveau des gens ? Mâte ma signature tu verras ma position en général, je ne suis pas tendre, mais c'est avec force et quotidienne expérience que j'étaie cette position qui est la mienne.

Et je plains le pauvre gars du CNRS, qui risque pas d'être l'attraction phare.
...Boaf, ou pas : après tout, ces passionnés que sont les chercheurs sont loin d'être stupides au point de faire des actions "bénévoles" qu'ils penseraient sans intérêt. Au moins passera-t-il deux trois info à deux trois personne, c'est toujours ça de pris.
Inscrit le 05/03/2009
656 messages publiés
Encore plus épineux est que le soit dit libre c'est du domaine publique comme les brevets qui deviennent propriété publiques au bout d'un moment. Or l'INPI c'est de la fonction publique... et cela dit tout.
En plus la propriété intellectuelle d'ordre publique fait partie du cycle de vie de la propriété intellectuelle tous court. Or quand la Cité des Science présente un sujet à 1/2 cela est caractéristique pour les apprentis sorciers mais n'a aucune valeur scientifique.
Inscrit le 05/03/2009
656 messages publiés
qaruk.zurack, le 22/04/2010 - 13:47
cumulonimbus, le 22/04/2010 - 13:22

c'est pas en évitant le sujet qu'ils vont lever la confusion chez les non initiés ...


C'est pas en en parlant qu'ils vont l'éviter. Par contre, à force d'y réfléchir, je me pose de plus en plus la question de savoir mais qu'est-ce que viendrait foutre un sujet sur le Libre dans une expo sur la contre-façon.

Car au fond, sérieusement, c'est quoi le rapport ? Le libre c'est légal, c'est authentique, c'est souvent gratuit et tout aussi fiable, bref c'est pour ainsi dire tout ce que la contrefaçon ne sera jamais.

Autant ne pas faire l'amalgame. Ou l'accentuer.


Le "libre" c'est du domaine publique.
Inscrit le 12/10/2009
147 messages publiés
Ce qu'on est obligé de faire quand on veut pas parler du libre pour pas vexer les ayatollah de la GPL et les freetard. Obligé de dire qu'on utilise du libre, qu'on a des amis qui utilisent linux, comme si le libre devait obligatoirement être mentionné. C'est leur expo, c'est leur droit. Et vous avez vraiment envie que le libre soit mélé à cette propagande des grand groupes industriels ?
Inscrit le 02/07/2008
1299 messages publiés
bloufblouf, le 22/04/2010 - 14:19

Ce qu'on est obligé de faire quand on veut pas parler du libre pour pas vexer les ayatollah de la GPL et les freetard. Obligé de dire qu'on utilise du libre, qu'on a des amis qui utilisent linux, comme si le libre devait obligatoirement être mentionné.

Après une intervention intéressante et mesurée de qaruk.zurack : la tienne, si tolérante...

bloufblouf, le 22/04/2010 - 14:19

C'est leur expo, c'est leur droit.

Tiens, je croyais que c'était l'expo de la Cité des Sciences. C'est quoi ce "droit" fictif des exposants de décider du droit de cité des autres exposants ? Tu viens de l'inventer ?

bloufblouf, le 22/04/2010 - 14:19

Et vous avez vraiment envie que le libre soit mélé à cette propagande des grand groupes industriels ?

Pour la contrebalancer, oui !
Inscrit le 09/10/2008
3217 messages publiés
bidon, en voilà un beau de mensonge.....

1er acte: non nous ne sommes pas intervenu

2ème acte: PC impact démontre qu'ils ont demandés à ce que le " libre " ne soit pas présent

3ème acte: on nous dit maintenant que l'INPI ne voulait pas de mélange ?

on se fout de la gueule ouvertement de qui là ?

faudrat me dire Messieurs de l'INPI...

pas de chance INTERNET est la et heureusement....
Inscrit le 09/07/2008
185 messages publiés
qaruk.zurack, le 22/04/2010 - 14:16

[...]
L'expo est sur la contrefaçon, je ne pense pas que les œuvres de l'esprit (aka non industrielle) y prendront une place aussi importante [...]

rien qu'à voir leur logo (un drapeau de pirate) on voit bien que si, justement.
Inscrit le 12/09/2008
332 messages publiés
qveenz, le 22/04/2010 - 14:02

Le "libre" c'est du domaine publique.


C'est faux !

La plupart des licences libre sont drastiques au niveau des obligations de citations, de redistributions, voir même pour les modifications des créations distribuées avec ces licences...

Les Creative Commons peuvent limiter la modification et l'exploitation de de leurs créations, la GNU/GPL est connue et décriée pour l'obligation de distributions des travaux dérivés sous une licence identique ou compatible, la BSD ou MIT elles sont beaucoup plus permissives et permettent une utilisation presque sans contrainte (par exemple le protocole IP emploi cette licence, ce qui n'oblige pas les industriels à redistribuer leurs implémentations)

Alors que le domaine public c'est sans aucune restriction, c'est disponible à tous sans condition !
Inscrit le 06/08/2009
990 messages publiés
L'inpi aime le libre... Mouais, j'ai eu droit à une intervention d'un gars de l'inpi dans mon école. En plus de n'avoir jamais abordé la question du libre, il semblait super heureux de voir les brevets logiciels arriver en Europe quand je lui ai posé la question...
Inscrit le 18/07/2008
308 messages publiés
comme si le libre devait obligatoirement être mentionné

D'une part, effectivement il était prévu que le libre soit mentionné, d'autre part il aurait été logique que qu'on fasse mention de celui ci comme alternative à la contrefaçon de logiciel ou à la contrefaçon d'oeuvres artistique.
C'est leur expo, c'est leur droit

L'INPI a pour ministère de tutelle le ministère de l'industrie, ce n'est donc pas une initiative purement privée.
Pour ce qui est de
Et vous avez vraiment envie que le libre soit mélé à cette propagande des grand groupes industriels ?

Je vois pas l'interet de cet reflexion, à moins de considérer le libre dans sa globalité de façon caricaturale(les 5 gus dans leur garage qui codent une obcure distribution linux inutilisable pour les non geeks). Notons au passage que les grands groupes industriels en question n'hésitent pas a utiliser des logiciels libres dès que ça leur permet de faire des économies.
Un début d'explication?
->
http://www.progilibr...urce_a1099.html
Rappelons en effet que l'INPI vit de redevances substantielles payées à l'occasion des dépôts de marques, de brevets, des oppositions... des redevances qui disparaissent bien sur si un inventeur laisse à tous les libre disposition de ses créations.
[message édité par Desdémone le 22/04/2010 à 15:03 ]
Inscrit le 18/07/2008
308 messages publiés
L'argument de la confusion a éviter est de toutes façons ridicule. Pour éviter la confusion entre contrefaçon illégale et telechargement licite d'une oeuvre ou d'un logiciel sous licence libre, le mieux est il d'expliquer que des alternatives existent, ou bien d'ignorer l'existence de ces alternatives?
Du reste il était tellement logique d'en parler de cette alternative que c'était primitivement prévu de le faire, et que seule l'opposition de certains des partenaires de l'expo a rendu la chose impossible.
Quand à l'explication foireuse:
L'Insittut "les utilise largement pour ses propres besoins"

ça justifie rien du tout, c'est du niveau du gag:
On dit que je suis raciste, mais mon chien est noir(T Leluron)

et le neveux du gardien du parking de l'INPI il utilise linux et son beau frere il utilise firefox, alors hein...
Inscrit le 16/04/2010
807 messages publiés
Petite réflexion : il s'agit d'une expo sur le délit de contrefaçon (du préservatif à la fausse montre en passant par le médicament de contrebance), pas d'une expo sur l'opposition logiciel libre/logiciel propriétaire
Inscrit le 02/07/2008
1299 messages publiés
zabre, le 22/04/2010 - 16:03

Petite réflexion : il s'agit d'une expo sur le délit de contrefaçon (du préservatif à la fausse montre en passant par le médicament de contrebance), pas d'une expo sur l'opposition logiciel libre/logiciel propriétaire

Et informer le public des alternatives au modèle fermé, afin qu'il évite justement de "contrefaire" des logiciels propriétaires, ce n'était pas une bonne idée ? Qu'il peut réutiliser les contenus sous CC sans risque de contrefaçon ? Et ça ne répond pas à la question : en quoi est-ce à l'INPI de décider de quel exposant sera autorisé ou non ?

D'ailleurs, si tu avais lu le dossier de presse, tu aurais vu qu'un des intervenants, directeur de recherche au CNRS, fustige la perversité et les dérives des brevets portant sur le vivant, tandis qu'un autre les encense. Là aussi ce débat est plutôt porté sur le concept même des brevets plutôt que que la contrefaçon en tant que telle, non ? Le libre pouvait parfaitement s'inscrire dans le même contexte.
Inscrit le 02/03/2010
40 messages publiés
Utiliser typo3 c'est bien prouvé qu'on aime pas le libre....


Pourquoi utiliser un truc bien quand il y a un truc aussi dépassé et mal codé disponible ?
Inscrit le 07/10/2008
56 messages publiés
zabre, le 22/04/2010 - 16:03
Petite réflexion : il s'agit d'une expo sur le délit de contrefaçon (du préservatif à la fausse montre en passant par le médicament de contrebance), pas d'une expo sur l'opposition logiciel libre/logiciel propriétaire


Il s'agit d'une expo, montée par la cité des sciences, qui a voulu en consacrer une petite partie au libre (ce qui parait normal: comment parler de propriété intellectuelle sans parler des diverses licences existantes, libre comprises). C'est leur expo, pas celle de l'INPI, c'est pas à l'INPI de décider si c'est cohérent ou pas, s'il y a confusion ou mélange des genres ...

Les licences libres, et de façon plus générale l'esprit du libre régit une bonne partie de la recherche scientifique ... ne pas le mentionner c'est donner aux visiteurs une vision faussée de la propriété intellectuelle. C'est grave.
Inscrit le 18/07/2008
308 messages publiés
Le libre pouvait parfaitement s'inscrire dans le même contexte.

la question ne se pose même pas, le libre s'inscrivait dans ce contexte, c'est bien pour cette raison qu'il était initialement prévu qu'on en parle. Or les licences libres sont perçues comme un danger par une multitude d'intermédiaires qui vivent d'une rente de situation(C'est pas Laurent Petigirard qui dira le contraire). De plus la place qui était réservée au libre était relativement modeste:
Initialement, les commissaires de l’exposition avaient prévu de consacrer un modeste volet à la présentation du Libre ; cela leur paraissait incontournable et c’est bien la moindre des choses. Dans cette optique, j’avais été contactée en septembre 2009 par une des commissaires adjointes qui me demandait de rédiger un texte concis définissant le Libre, ses enjeux et ses perspectives. Le texte devait être diffusé dans une petite zone de l’exposition équipée de bornes audio avec la version écrite affichée à proximité.

http://www.transacti....php?article141
D'autre part quelque soit la cohérence de la présence de cette présentation c'est bien d'une opposition qualifiée de farouche de la part de l'INPI qui est à l'origine de la censure.
[message édité par Desdémone le 22/04/2010 à 18:33 ]
Inscrit le 18/07/2008
308 messages publiés
Et puis encore une fois, je ne vois pas en quoi Libre et Piratage ont quoique ce soit à voir, de façon aussi directement antagoniste en tout cas.

Si tu as besoin d'un traitement de texte, soit tu achètes une solution proprio, soit tu la"pirates", soit tu te tournes vers une solution légale et pas chère, voire gratuite. C'est une alternative. Ca marche pas pour le cas d'un sac Hermes, on est d'accord.
Le fond du problème n'est de toute façon pas là. Le fond du problème est l'opposition de principe par l'INPI à la présence d'une voie médiane entre achat ou piratage qui rappelle la réaction de la SACEM face aux licences libres.
A ce propos, les comptes de l'INPI sont peut etre intéressant à consulter. Faudrait voir ce qu'en raconte la cour des comptes.
Inscrit le 06/08/2009
990 messages publiés
Y a un truc que je comprends pas moi : pourquoi l'inpi serait contre le libre ?
L'inpi fait son beurre sur les brevets, et c'est pas le libre qui va faire que les boites arrêtent d'en déposer.

Quand on voit les autres sponsors (sacem, alpa, microsoft, etc.), ça m'étonnerait pas que la plainte vienne d'un de ceux-la à la base et soit remontée par la voix de l'inpi, le seul ayant mot à dire étant donnée qu'il est le principal partenaire...
Inscrit le 08/09/2008
768 messages publiés
Y a un truc que je comprends pas moi : pourquoi l'inpi serait contre le libre ?
L'inpi fait son beurre sur les brevets, et c'est pas le libre qui va faire que les boites arrêtent d'en déposer.

Au contraire, imagine que demain toute la production de propriété intellectuelle soit faite sous licence libre : d'après toi, plus ou moins de brevets déposés (et donc de revenus pour l'INPI) qu'aujourd'hui ? Voilà t'as tout compris, beaucoup moins.

Beaucoup de logiciels libres existants aujourd'hui représentent des brevets qui auraient pu être déposés à l'INPI (ou des licenses d'utilisation de brevets déposés pour des logiciels utilisant des développements de logiciels libres antérieurs) s'ils avaient été conçus sur des modèles propriétaires. Le développement des logiciels libres est clairement un risque financier pour l'INPI compte tenu de ses sources de revenus.

Pour en revenir à l'article, l'INPI fait preuve comme la majorité des pourfendeurs du libre d'une grande capacité à utiliser un piotron pour leurs excuses. "Mon chien a bouffé pour devoir meudameuhhhh" est plus crédible et raisonable comme excuse, c'est pour dire...

À ceux qui disent que c'est une expo sur la contrefaçon et que les licenses libres n'y ont pas leur place : étant une expo sur la contrefaçon, elle traite très largement de la propriété intellectuelle, et traiter de la propriété intellectuelle sans traiter les licenses libres est faire preuve de malhonnêteté intellectuelle (ou d'une ignorance crasse).

De plus, les raisons données lors de l'annonce du retrait du texte (opposition farouche de leur partenaire l'INPI à la mention du libre) montrent clairement la réelle motivation. Et comme d'autres l'ont mentionné avant, le "non on est pas contre le libre d'ailleurs on l'utilise", ça me fait penser à nombres de partisans farouches du FN qui sortent "non je suis pas raciste, j'ai un très bon pote qui est un négro".
Inscrit le 30/04/2010
22 messages publiés
cumulonimbus, le 22/04/2010 - 13:22

c'est pas en évitant le sujet qu'ils vont lever la confusion chez les non initiés ...


C'est pas en en parlant qu'ils vont l'éviter. Par contre, à force d'y réfléchir, je me pose de plus en plus la question de savoir mais qu'est-ce que viendrait foutre un sujet sur le Libre dans une expo sur la contre-façon.

Car au fond, sérieusement, c'est quoi le rapport ? Le libre c'est légal, c'est authentique, c'est souvent gratuit et tout aussi fiable, bref c'est pour ainsi dire tout ce que la contrefaçon ne sera jamais.

Autant ne pas faire l'amalgame. Ou l'accentuer.


Un des moyens de lutter contre la contrefaçon peut-être d'expliquer aux non-initiés qu'il existe des logiciels libres plutôt que d'utiliser un logiciel payant illégalement.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Avril 2010
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9