On le sait depuis plusieurs mois, la société nantaise Trident Media Guard (TMG) a été choisie par les ayants droit pour procéder à la collecte des adresses IP sur les réseaux peer-to-peer. Sur le forum officiel d’eMule, l’expert en serveurs eDonkey Peerates dévoile 6 serveurs qui seraient utilisés par cette dernière pour enregistrer les adresses IP de ceux qui s’y connectent et partagent des fichiers recherchés par les chasseurs de pirates. Il s’agirait des serveurs ayant les adresses IP 85.159.236.252 à 85.159.236.254, puis 85.159.232.81 à 85.159.232.83.

« Je conseille à tous de les éviter et de n’utiliser que les serveurs ‘référencés’ dans la liste Peerates, qui sont 100 % dignes de confiance. TOUS les autres serveurs, (notament ceux fournis par Gruk et pas par Peerates), à 1 ou 2 exceptions, appartiennent à des sociétés capables de payer des centaines d’euros tous les mois pour mettre en ligne des serveurs edonkey« , écrit le spécialiste.

Mais surtout, il dévoile une liste des fichiers qui seraient recherchés par des « sondes eDonkey », c’est-à-dire de faux clients eMule qui demandent autour d’eux la liste des utilisateurs qui partagent ces fichiers. Toutes les IP dans la tranche 193.107.240.0/22 serait suspectes, selon lui. En regardant ce qu’elles demandent, il a pu en déduire la liste des œuvres surveillées.

Dans la liste, qui nous semble incomplète vue la prédominance des premières lettres de l’alphabet, on trouve essentiellement des albums de musique de toutes générations (The END des Black Eyed Peas, Michael Jackson, Dalida, Depeche Mode, Culture Celte, Diam’s, Daniel Lavoie, Damien Saez, Daft Punk…) et quelques films et séries TV (Heroes, Inglourious Basterds, …).

Il ne s’agit pas de la liste des œuvres qui seront recherchées lors de la mise en œuvre – si elle arrive – de l’Hadopi. Peut-être, en revanche, sert-elle à des tests.

Selon la communication officielle, TMG devrait être mandatée par la SCPP pour surveiller environ 10.000 œuvres musicales, dont la moitié issue du « back catalogue », et environ 200 films par l’ALPA (Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle), dont la moitié également de titres anciens. Mais pour faire peur, il faut gonfler les chiffres… alors qu’en réalité, plus il y a d’œuvres à surveiller, plus la facture en serveurs, en main d’œuvre (pour identifier les fichiers concernés) et en bande passante est importante. Or ce sont les ayants droit qui payent la facture. Combien de temps accepteront-ils de payer pour un résultat que l’on sait d’avance nul ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés