La tactique n'est pas nouvelle. Pour suivre les activités d'un groupe, la meilleure méthode est de s'infiltrer pour être au plus près des évènements. Le piratage n'échappe pas à la règle, comme le montre la publication d'une offre de stage à destination des étudiants britanniques. Ces derniers sont invités à postuler pour espionner les activités illicites de leurs petits camarades.

L’année dernière, Warner Bros et NBC Universal avaient défrayé la chronique en publiant une offre de stage très particulière. Dans celle-ci, les deux ayants droit américains annonçaient rechercher un jeune étudiant « dans le cadre des opérations de surveillance et d’analyse de la piraterie sur Internet menées en France« . En d’autres termes, faire un espionnage des principales « plaques tournantes » du piratage en France.

Parmi ces prérogatives, le stagiaire avait comme mission de surveiller les réseaux afin de détecter l’apparition de sites pirates et de contenus illicites, de contrôler l’efficacité des mesures de protection utilisés par les deux entreprises ou encore analyser l’évolution de la piraterie en France, à travers un travail de veille stratégique et médiatique. Il devait également montrer de grandes qualités linguistiques (maitrise de l’anglais), avoir une certaine maitrise de l’outil informatique (les logiciels P2P, les newsgroups, les FTP…) et un certain intérêt pour la lutte contre le piratage.

Si l’initiative n’a pas eu de suite particulière en France, hormis une tentative d’infiltration par des partisans de la ligue Odebi, elle a tout de même donné quelques idées à l’étranger. En effet, Torrentfreak a remarqué l’existence d’une offre identique (.pdf) mise en ligne par la branche britannique de Warner Bros Entertainment. Mais alors que le stagiaire français était payé au lance-pierre (salaire mensuel de 398 euros, réévalué par la suite à 750), son homologue britannique s’en tire mieux, avec 17 500 livres sterling (un peu plus de 19 463 euros) pour douze mois, c’est-à-dire près de 1 622 euros par mois.

À nouveau, ce sont les étudiants qui sont visés par cette offre de stage. Et pour cause, ne sont-ils pas considérés comme des spécialistes dans le piratage des contenus numériques par certaines politiques et ayants droit ? Sans doute que Warner Bros estime que seul un jeune peut comprendre un autre jeune. Repérée à l’université de Manchester, l’annonce réclame peu ou prou les mêmes compétences que l’offre française.

Reste à voir quel succès aura une telle offre. Toutefois, comme l’indique Torrentfreak, cela peut également attirer des « agents doubles ». Rien n’empêchera un pirate de postuler, de pondre des analyses plus ou moins précises sur la situation du piratage au Royaume-Uni et de récupérer l’argent à la fin du stage.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés