Selon FMC Radio, deux vendeurs de CD et DVD vierges ont été interpelés sur le marché de Beauvais mercredi matin, et placés en garde à vue. Un agent assermenté de Copie France et de la Sorecop, rattachés à la Sacem, a constaté que les vendeurs (et surout leurs clients) ne payaient pas la rémunération pour copie privée, qui s’élève en France à environ 35 centimes par CD, et 1 euro par DVD. Hors taxe.

27.000 disques auraient ainsi été saisis, et les deux vendeurs se sont vus présenter une facture de 55.000 euros pour l’un, et 17.000 euros pour l’autre, avec pénalités de retard. Ils risquent aussi une condamnation pénale, puisque la loi assimile à la contrefaçon le fait d’importer ou de vendre des supports vierges sans s’acquitter de la taxe pour copie privée. En théorie, ils risquent ainsi jusqu’à 3 ans de prison et 300.000 euros d’amende.

Bien que cette redevance soit généralement payée après coup, l’agent de la Sacem n’a probablement eu aucun mal à détecter la fraude, puisque la taxe pour copie privée représente désormais la majeure partie du prix de vente des disques vierges. Ceux qui ne payent pas la taxe peuvent donc vendre leurs disques à un prix moins élevé que le seul montant de la taxe. Un prix défiant toute concurrence, en tout cas sur le marché français.

Car la concurrence est pourtant bien réelle à l’échelle européenne, avec une proportion très importante de consommateurs français qui ne vont pas au marché du coin mais achètent leurs DVD et CD vierges sur le marché gris, en les important d’Allemagne ou du Luxembourg. Mais il est plus facile pour la Sacem d’ignorer la trop grande « pression fiscale » placée sur les disques vierges en France que de remettre en cause ses barèmes de taxation, déterminés par une commission au fonctionnement vicié.

(merci à polar_bear pour l’info)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés