Dans une étude publiée la semaine dernière dans le magazine Nature, deux scientifiques américains assurent avoir inventé un procédé qui permet de recharger des batteries lithium-fer-phosphate (Li-ion) en un temps record. Les deux scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT) estiment que la technologie pourrait être mise sur le marché d’ici deux ou trois ans seulement.

L’invention devrait être particulièrement utile pour le développement des véhicules électriques, dont les batteries actuelles ne sont pas adaptées à une utilisation intensive de l’automobile. Les piles Li-ion utilisées actuellement permettent en effet de stocker beaucoup d’énergie, mais se déchargent vite lors des accélérations et prennent énormément de temps à se recharger. Or avec l’invention de Byoungwoo Kang et Gerbrand Ceder, il ne faudrait plus que 5 à 10 minutes pour recharger la batterie d’une voiture électrique (contre 6 à 8 heures aujourd’hui), et 10 secondes pour un téléphone mobile.

Pour parvenir à un tel résultat, ils ont mis au point un revêtement qui dirige les ions et les électrons du lithium vers les cavités minuscules de la matière composant la batterie, et accélère considérablement le passage du courant entre l’électrode négative (anode) et positive. Le procédé aurait, outre un temps de charge très réduit, l’avantage de pouvoir délivrer plus de puissance pour l’accélération des voitures, et une fiabilité plus importante dans le temps face aux cycles successifs de chargement-déchargement qui altèrent les capacités de rétention d’énergie des batteries actuelles.

Deux sociétés américaines ont acquis les droits de l’invention, dans le but de l’exploiter très rapidement à l’échelle industrielle. Ni le MIT ni les chercheurs n’ont souhaité révéler leur identité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés