C'est fait : General Motors a vendu ses marques et son activité à Peugeot PSA et BNP Paribas. La note s'élève à 2,3 milliards de dollars pour les Européens. L'Américain, lui, cesse donc toute activité sur le continent.

C’est une affaire loin d’être secrète mais qui vient de s’achever aujourd’hui : Peugeot PSA vient d’acheter Opel et Vauxhall à General Motors pour 1,4 milliards de dollars. De leur côté, les divisions financières de General Motors ont été cédées à Peugeot PSA et BNP Paribas pour 955 millions de dollars. Cela signifie que se ce deal qui s’élève à 2,3 milliards de dollars permet à GM de cesser, pour le moment, toute activité européenne. Le groupe américain souhaite en effet se concentrer sur le territoire américain. Cette cession permet à Peugeot PSA de devenir le deuxième plus gros groupe automobile européen derrière Volkswagen.

Pour General Motors, cela met fin à plusieurs années de déficit. Le géant américain, qui possède notamment Chevrolet, n’a jamais réussi, en 16 ans, à gagner de l’argent avec ses marques européennes et son activité sur le continent. CNNMoney estime que GM a perdu 18 milliards de dollars en 16 ans avec Opel et Vauxhall. Cette cession, qui enlève une épine du pied de General Motors, pose pourtant de nombreuses questions quant à l’avenir des entreprises inclues dans le deal.

Opel, future marque dédiée à l’électrique ?

Ainsi, il est légitime de se demander ce que deviendra la marque Opel, connue notamment pour ses Astra et ses Corsa qui étaient construites par General Motors. De même, l’Opel Ampera-e, le modèle tout électrique de la marque, est une version européenne sous marque Opel de la célèbre Chevrolet Bolt, construite par GM pour les États-Unis et le Canada.

D’après Electrek, blog spécialisé qui ne se trompe pas souvent, il se pourrait qu’Opel soit transformée sous l’égide de Peugeot PSA en une marque dédiée à la voiture électrique. La marque deviendrait donc une sorte de spécialité, après avoir fait ses armes avec les adaptations de la Chevy Bolt. Cela dit, cette décision ferait naître une deuxième interrogation non moins légitime : quels véhicules produirait Peugeot PSA sous marque Opel ? Difficile à dire, dans la mesure où l’Ampera-E, contrairement aux modèles thermiques d’Opel, est construite dans les usines américaines de GM dans le Michigan.

Opel emploie 18 000 personnes en Allemagne

Enfin, c’est l’aspect social de cette vente qui laisse les observateurs dans un flou artistique. Si GM n’a jamais réussi à rendre ces marques profitables, difficile de voir comment Peugeot PSA pourrait s’en sortir. Dès lors, les économies pourraient être faites sur la masse salariale : Opel emploie par exemple 18 000 personnes en Allemagne. Peugeot PSA a en effet promis 1,8 milliards d’économie d’ici 2026, dont une bonne partie d’ici 2020, sans préciser de quel côté l’entreprise compte grignoter.

La vente devrait être effective d’ici la fin de l’année 2017, d’après le Wall Street Journal.

Partager sur les réseaux sociaux