À l'occasion d'une levée de fonds record de 300 millions d'euros, la Banque Publique d'Investissement (BPIFrance) a investi 33 millions d'euros pour acquérir 5 % des parts de Parrot et l'aider dans le développement de ses activités de drones, en particulier pour les professionnels.

Créé en 1994 et introduit en bourse depuis 2006, le groupe français Parrot a réalisé jeudi une augmentation de capital de 299 millions d’euros, ce qui en fait l’opération la plus importante en France depuis le début de l’année 2015, devant les 200 millions de dollars levés par Blablacar en septembre dernier.

À cette occasion la Banque publique d’investissement (BPIFrance) a investi 33 millions d’euros pour acquérir 5 % des parts. Un record, et une décision à la fois stratégique et politique qui montre l’intérêt des pouvoirs publics pour une entreprise en forte croissance, qui a démontré sa capacité d’innovation et d’adaptation, et qui pourrait devenir un poids lourd industriel dans les années à venir.

L’activité drones est au cœur de la stratégie de levée de fonds

Parrot a en effet réussi un virage stratégique spectaculaire en lançant son premier drone Parrot AR.Drone en 2010, avant d’en faire sa spécialité. Jusque là l’entreprise s’était surtout concentrée sur les kits mains libres, autoradios et autres équipements multimédia pour la voiture, après avoir été fondée autour de technologies de reconnaissance vocale. Or le secteur a perdu de son attractivité avec le développement des smartphones et des systèmes directement embarqués dans les véhicules.

BPIFrance siègera au conseil d’administration

Cinq ans plus tard, « l’activité drones de Parrot, qui représente désormais la majorité du chiffre d’affaires du groupe, est au coeur de la stratégie de levée de fonds », explique BPIFrance.

En échange de cet investissement de long terme, la banque publique a obtenu un siège au conseil d’administration, qui permettra indirectement à l’État de connaître les plans stratégiques de l’entreprise et de tenter de peser sur ses décisions. Quatre représentants de l’État siègent à BPIFrance, en plus de représentants de la Caisse des dépôts et des régions.

 La banque publique précise que « les 299M€ levés permettront à Parrot d’accélérer significativement son développement et de consolider son leadership sur les marchés des drones grand public et professionnels ».

L’argent injecté dans l’entreprise servira ainsi à sa propre R&D et au développement de sa force commerciale, mais aussi à des acquisitions « ciblées sur le segment professionnel ». Le groupe a déjà acquis cette année Airinov, spécialiste de l’analyse par drones des besoins des parcelles d’agriculture, et Pix4D, spécialiste de la cartographie et de la modélisation pour les entreprises minières, l’architecture, l’agriculture, ou encore l’archéologie. Elle possède aussi SenseFly, également spécialisée dans les drones pour agriculture.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés