Toutes les acquisitions ne se passent pas bien. Christian Reber, le fondateur de l'application Wunderlist, voudrait que Microsoft lui revende son application. Il a peur que le géant des logiciels la supprime.

Entre les mains de Microsoft depuis 2015, l’application Wunderlist pourrait-elle repasser dans celles de son concepteur ? C’est le souhait qu’a formulé Christian Reber, le fondateur du logiciel, le 6 septembre sur Twitter. Craignant de voir sa création disparaître, il a appelé publiquement l’entreprise américaine à lui permettre de la racheter, à un montant qu’il n’a pas précisé.

« Je suis toujours peiné que Microsoft veuille fermer Wunderlist, même si les gens l’aiment et l’utilisent toujours. Je suis sérieux Satya Nadella [le patron de Microsoft, ndlr] et Marcus Ash [le superviseur de Wunderlist chez Microsoft, ndlr], laissez-moi la racheter. Gardez l’équipe et concentrez-vous sur l’application To-Do, et personne ne sera en colère.  », écrit-il.

Wunderlist
L’application Wunderlist.

Wunderlist, leader des listes de tâches

Avant de passer dans l’escarcelle de Microsoft, pour un montant estimé entre 100 et 200 millions de dollars, Wunderlist apparaissait comme la meilleure application pour générer et gérer des listes. Synchronisation entre vos terminaux, création de tâches collaboratives, mise en place de rappels et d’échéances, partage de listes et classification dans des dossiers, le logiciel était un vrai couteau suisse.

Ce puissant outil de productivité, disponible sur les principaux systèmes d’exploitation et à l’interface bien pensée, a toutefois été écarté par Microsoft, au profit d’une application de son cru et similaire : Microsoft To-Do. Présentée en 2017, l’application était alors annoncée comme l’héritière naturelle de Wunderlist. Il était d’ailleurs annoncé qu’elle en récupère les grandes fonctionnalités.

L’application To-Do de Microsoft.

La greffe ne prend pas toujours

Cependant, de l’aveu même de Christian Reber, les choses n’ont pas pris la tournure espérée. Pas question néanmoins de jeter l’opprobre sur le géant des logiciels.

« Je veux que les choses soient claires ; je ne ressens que de la gratitude pour Microsoft et tous ceux qui ont participé à l’acquisition de Wunderlist en 2015. C’était tout à fait logique, la meilleure chose qui nous soit arrivée. L’équipe là-bas est incroyable », dit-il. « Je suis juste navré que nos projets pour Wunderlist n’aient pas abouti, mais je ne veux pointer personne du doigt. Les acquisitions sont difficiles ».

On ne connait pas encore la position de Microsoft sur cette suggestion de rachat. Toutefois, Christian Reber a publié une mini-liste de ce qu’il ferait s’il parvenait à remettre la main sur l’application. À sa lecture, il ne fait peu de toute qu’il saura acquérir le soutien du public : il est question de rendre l’application totalement gratuite pour les usagers, de la passer open source et de la rendre encore plus géniale qu’elle ne l’était à l’époque.

Partager sur les réseaux sociaux