Yann Arthus-Bertrand est devenu un DJI Master, soit un réalisateur converti aux drones de la célèbre marque.

Yann Arthus-Bertrand, grand amoureux de la nature, n’est pas homme à passer à côté des possibilités offertes par les nouvelles technologies — surtout quand il s’agit de montrer des paysages vus du ciel. Le photographe et réalisateur, notamment, du documentaire Home s’est donc converti aux drones il y a quelques années déjà et n’a pas hésité à utiliser ce nouvel outil lors du tournage de Woman, son futur long métrage (peut-être même son dernier).

À tel point que Yann Arthus-Bertrand est devenu un DJI Master, soit un ambassadeur de la célèbre marque chinoise de quadricopters équipés d’une caméra. «  Le drone est en train de révolutionner la façon de filmer. Il n’y a rien de plus extraordinaire pour un réalisateur que de partir très près, de reculer, de monter, de revenir en arrière. C’est des trucs magiques que tout le monde rêvait de faire » s’extasie Yann Arthus-Bertrand dans une vidéo promotionnelle publiée par DJI le 21 septembre 2018. 

Les possibilités du drone

Yann Arthus-Bertrand DJI Master

On peut comprendre l’amour que porte désormais Yann Arthus-Bertrand à ces engins qui lui permettent d’accéder à des endroits impossibles, que ce soit avec un hélicoptère ou une montgolfière. Grâce aux drones, il peut par exemple aller filmer au sein d’environnements moins sécurisés. Toutefois, ce n’est pas un substitut à ses yeux, « Le drone ne remplace pas l’hélicoptère. Ça se complète, ce n’est pas la même chose. » Il est vrai qu’avec le drone, un réalisateur peut partir d’un plan très aérien et se rapprocher au plus près, chose qui est impossible avec un hélicoptère. 

Sans oublier les évolutions technologiques sur lesquels il se penchait déjà dans un entretien accordé au Figaro le 23 août 2017. À l’époque, il confiait : « en deux ans, le bond technologique réalisé est incroyable. »

Malgré tous les bénéfices qu’il peut apporter, Yann Arthus-Bertrand, très spontané dans sa manière de travailler, tient quand même à rappeler que le drone n’est qu’un moyen, « Mais je pense que ce n’est pas ça qui fait le talent. Ce qui compte c’est ce que je vais filmer. » Traduction : un bon drone ne fait pas un bon réalisateur. 

Yann Arthus-Bertrand DJI Master // Source : DJI

Partager sur les réseaux sociaux