La DRL, championnat professionnel de courses de drones, va organiser, pour la première fois, une étape en France. Plus précisément au sein du stade de l'Allianz Riviera situé à Nice. Dunkan, le pilote français, voudra y briller.

Compétition professionnelle de courses de drones, la Drone Racing League (DRL) vivra, pour la première fois, une étape en France, le 16 juin prochain. Alors que nous aurions pu croire que les organisateurs choisiraient Paris pour ce grand baptême, ils ont jeté leur dévolu sur l’enceinte du club de football de l’OGC Nice, 5e du championnat de Ligue 1, à savoir l’Allianz Riviera.

Une décision qui tombe sous le sens puisque l’assureur Allianz est un sponsor de la ligue de drone. La course, malheureusement fermée au public, pourra être suivie sur les chaînes du groupe AB, fruit d’un nouveau partenariat conclu par la DRL. Nicholas Horbaczewski, fondateur et CEO, a confirmé à Numerama que la retransmission se tiendra cet autonome sur AB1, qui rediffusera aussi les saisons 2016 et 2017. À savoir que l’édition 2018 comportera sept étapes.

Un Français voudra briller à Nice

La course organisée à Nice sera particulière pour l’un des seize participants : le pilote Dunkan, seul Français du plateau. D’ailleurs, il n’a pas manqué de nous partager sa motivation : « J’ai déjà prévenu tous mes amis pilotes de la DRL que j’irai encore plus vite que d’habitude car, pour la première course DRL en France, je veux que ce soit un Francais qui la remporte. Donc moi… (rires) ».

Dunkan Bossion, champion du Monde 2016 et champion de France 2017 de courses de drones a fait de sa passion un véritable métier, de son rêve un moyen de gagner sa vie. Comment voit-il sa discipline ? « C’est comme être un pilote d’avion de chasse mais sans le risque qu’une erreur nous soit fatale. C’est un peu comme s’assoir sur un oiseau et pouvoir arriver à le contrôler  ».

Comme un enfant avec des étoiles plein les yeux, il rappelle que son joujou, dessiné par des ingénieurs de la DRL, peut avaler le 0 à 100 km/h en moins d’une seconde et que la vitesse de pointe peut atteindre les 150 km/h. Les pilotes FPV dirigent leur drone à distance via un casque de réalité virtuelle qui les immerge dans une course en vue à la première personne. D’où les sensations grisantes ainsi décrites par l’intéressé.

« C’est comme être un pilote d’avion de chasse »

Il ne manque pas de conclure par sa fierté de voir le championnat débarquer en France et sur la chaîne AB1, comme autant de vitrines supplémentaires, « Je suis extrêmement honoré que la DRL vienne faire une course en France et encore plus dans l’Allianz Riviera, qui est un stade magnifique. C’est un peu comme jouer à domicile et le fait de savoir que toutes les courses vont être disponibles sur AB1 me rend encore plus fier de faire ça comme métier ».

Partager sur les réseaux sociaux