Mark Zuckerberg et les cadres de Facebook étaient les seuls à pouvoir supprimer des messages envoyés dans Facebook Messenger, directement dans la boîte de réception de leur destinataire. Cette fonctionnalité sera bientôt accessible à toutes et à tous.

Hier, le média américain Techcrunch révélait que Mark Zuckerberg, contrairement à tous les utilisateurs lambda du réseau social, avait la possibilité de supprimer des messages envoyés de Facebook Messenger. Cela lui permet donc officiellement d’effacer une conversation indésirable au sein de la messagerie de son correspondant — l’arme ultime pour toutes les situations compromettantes ou les déclarations alcoolisées non assumées.

Pas convaincu de la teneur scandaleuse de ces révélations ? Il ne faut pas oublier qu’en ce moment, Facebook est dans le viseur de ses utilisateurs pour des raisons bien légitimes : pour eux, cela ressemble à un acte qui rompt la confiance entre le destinataire et l’émetteur, dans la mesure où le second a la possibilité de modifier le contenu de la boîte de réception du premier. Surtout quand le second se restreint à un country club de dirigeants. Facebook a confirmé cette possibilité, mise en place d’après le réseau social après le leak des messages de Sony Pictures en 2014 pour protéger ses cadres.

Face à la levée de boucliers, au lieu de supprimer l’option, Facebook a affirmé à Techcrunch qu’il comptait la déployer pour tout le monde. Les détails de la fonctionnalité ne sont pas connus, mais il pourrait s’agir d’un minuteur à définir, qui supprimerait tous les messages d’un utilisateur après une période donnée. C’est ce que permettent déjà quelques services tiers pour Twitter, réseau social sur lequel il est difficile de supprimer des publications en masse. En attendant le déploiement de cette fonctionnalité sur Facebook Messenger, le géant bleu s’engage à ne plus supprimer de message de Mark Zuckerberg.

Partager sur les réseaux sociaux