Google prépare la fermeture de Goo.gl, son service permettant de raccourcir la longueur des adresses en générant des liens courts de redirection. Mais l'entreprise a anticipé les effets néfastes de sa décision pour éviter d'accentuer le phénomène de « pourrissement des liens ».

Vous connaissez les services permettant de raccourcir une adresse web ? Ils sont très pratiques pour générer une adresse qui ne contient que quelques caractères et qui sert à rediriger l’internaute vers une URL qui est beaucoup plus longue. Du temps où Twitter limitait chaque message à 140 caractères et ne décomptait pas la taille des adresses du total, un raccourcisseur était fort utile.

Par exemple, l’adresse https://www.numerama.com/politique/339248-rgpd-tout-comprendre-au-role-de-delegue-a-la-protection-des-donnees-en-entreprise.html devient https://goo.gl/D4G84y avec l’outil proposé par Google. L’URL goo.gl/Ewq6q pointe sur la page d’accueil de Numerama. Mais la firme de Mountain View n’est pas la seule sur ce créneau : il existe des alternatives, comme Bitly ou TinyURL.

Google URL Shortener
Le panneau de contrôle de Goo.gl.

Fermeture le 30 mars 2019

Le fait est que Goo.gl va cesser ses activités prochainement. L’entreprise américaine a fait savoir à la fin du mois de mars que son service, ouvert en 2009, va tirer sa révérence. Cela se fera en deux temps : à partir du 13 avril 2018, les internautes qui n’ont jamais utilisé cet outil ne pourront pas l’utiliser pour générer des adresses réduites. Puis, à partir du 30 mars 2019, plus personne ne pourra s’en servir.

L’assistance pour Goo.gl prendra fin quant à elle le 30 mars 2018. Les données statistiques sur l’usage des liens raccourcis par Goog.gl (nombre total de clics sur la période, référents, navigateurs utilisés, pays d’origine, plateforme) disparaitront après le 30 mars 2019. Il est possible de visualiser ces informations jusqu’à cette date.

Un extrait d’une page de statistiques.

Place aux liens dynamiques

« Si vous cherchez à créer de nouveaux liens courts, nous vous recommandons d’utiliser les liens dynamiques Firebase Dynamic Links », explique Google. Sinon, le mieux à faire est de se tourner vers des solutions concurrentes. Ces liens « sont des URL intelligentes qui vous permettent d’envoyer des utilisateurs existants et potentiels à n’importe quel endroit depuis une application iOS, Android ou web », explique Google.

«  Le service de raccourcissement d’URL a été un excellent outil que nous sommes fiers d’avoir construit. En regardant vers l’avenir, nous sommes enthousiasmés par les possibilités de Firebase Dynamic Links, en particulier lorsqu’il s’agit de la détection dynamique des plates-formes et des liens qui survivent au processus d’installation de l’application », écrit Google.

Les liens resteront utilisables

Reste une question : que vont devenir les adresses raccourcies par Goo.gl après le 30 mars 2019 ? Là-dessus, Google apporte une réponse très rassurante : « tous les liens existants continueront à être redirigés vers la destination prévue ». Les redirections fonctionneront donc toujours normalement, en tout cas tant que Google gardera le contrôle du service et que l’entreprise existera.

Google prend donc les devants sur un problème identifié depuis longtemps, à savoir la préservation à long terme des liens raccourcis, qui est l’un des facteurs dont il faut tenir compte dans le phénomène de « pourrissement des liens », terme qui désigne la hausse du nombre de liens cassés du fait de la disparition d’une page ou de la réorganisation d’un site, ce qui occasionne la rupture de certains chemins hypertextes.

Partager sur les réseaux sociaux