Huawei n'a probablement pas lu le guide des bonnes pratiques commerciales sur Internet. Pour son Mate 10 Pro, la marque a choisi d'utiliser la technique grossière des faux avis.

Les faux avis concernant des produits ou des événements ne sont pas nés avec le web. Cela dit, la facilité avec laquelle on peut aujourd’hui en soumettre a créé une véritable économie de la fake review. Utilisés principalement sur des applications qui en ont fait leur principal atout, les faux avis pullulent aussi chez les e-commerçants qui redoublent de malice pour les traquer et les éradiquer. Dans l’opinion publique, la pratique est bien entendu fortement condamnée — qui voudrait acheter un produit qui a été mis en avant par le constructeur avec de faux avis ?

Eh bien cela n’a pas empêché Huawei d’investir ce secteur, d’une manière particulièrement fine. Il faut savoir qu’aux États-Unis, pays largement dominé par les opérateurs, la marque chinoise n’a pas droit de cité. Vendre un smartphone « nu » et sans abonnement n’étant pas entré dans les mœurs américaines, Huawei s’est imaginé emprunter un chemin détourné, notamment par la vente directe chez Best Buy de son flagship, le Mate 10 Pro — qui est par ailleurs un excellent smartphone.

Pour générer de l’attraction sur la page de son smartphone, Huawei a demandé à ses fans sur Facebook de dire « à quel point ils attendaient le Mate 10 Pro  ». Mais au lieu d’inviter à laisser un commentaire sur la page Facebook de la marque, Huawei a suggéré de mettre cet « avis » dans la section dédiée aux avis des clients sur un produit sur le site de la chaîne Best Buy. Pour inciter les gens à passer à l’acte, Huawei a affirmé que la marque cherchait des « bêta testeurs » qui auraient, probablement, un smartphone gratuit.

Résultat : sur les 108 avis laissés sur la page Best Buy concernant le Mate 10 Pro, 103 ont été publiés le même jour par des gens qui n’ont jamais eu le smartphone en main. Le concept même de l’avis client, mis en avant par l’e-commerçant, est mis à mal : il sert normalement de référence tierce pour les personnes ayant eu une véritable avec expérience avec le produit. Les clients qui passeront sur la page du smartphone en voyant uniquement le score des avis clients (beaucoup ont laissé cinq étoiles) pourraient être rassurés sans savoir qu’il y avait anguille sous roche. Ce procédé va évidemment à l’encontre des règles de Best Buy qui pourrait monter au créneau.

Pas sûr que ce soit la meilleure méthode pour se mettre les clients américains dans la poche…

Partager sur les réseaux sociaux