Mercredi, une voiture autonome et un autre véhicule se sont percutés à Pittsburgh. L'accident, qui a fait deux blessés, aurait été provoquée par une erreur humaine.

La technologie de conduite autonome doit encore faire ses preuves en matière de sécurité. Et ce n’est pas ce genre de faits divers qui va l’aider à faire bonne presse. Mercredi, à Pittsburgh, un accident s’est produit entre une voiture autonome d’Argo AI, start-up soutenue par Ford, et un véhicule classique, faisant deux blessés, qui ont été transportés à l’hôpital dans un état stable. La faute à qui ? Visiblement à une erreur humaine plus qu’à un bug de l’intelligence artificielle, selon les premières conclusions de l’enquête.

La conduite autonome n’y est pour rien

D’après les informations fournies par The Incline et confirmées par Alicia George, porte-parole du ministère de l’état de Pennsylvanie en charge de la sécurité publique, un camion a grillé un feu rouge avant de percuter une voiture autonome dans laquelle siégeaient quatre occupants. Deux d’entre eux ont été blessés dans l’accident, mais ont pu quitter l’hôpital où ils avaient été emmenés. Dans les faits, c’est bel et bien le conducteur — humain — du camion qui est en tort, sachant que rien n’indique que le véhicule d’Argo AI roulait en mode conduite autonome au moment de l’accident.

Alicia George a confié à nos confrères de The Verge ses incertitudes quant à des poursuites, même si le chauffard, non identifié, doit a priori répondre d’un délit routier. «  Le rapport d’accident n’est pas complet. Cela pourrait prendre du temps  », précise-t-elle, consciente du flou qui entoure encore la responsabilité quand une voiture autonome se trouve dans les parages.

On notera que ce n’est pas la première fois qu’un véhicule autonome est impliqué dans un accident à Pittsburgh. En septembre dernier, une voiture d’Uber était aussi entrée en collision lors d’un test public. Après enquête, l’intelligence artificielle avait été blanchie.

Partager sur les réseaux sociaux