Les Européens et les Canadiens seront les seuls utilisateurs de Facebook privés (ou préservés ?) de cette fonctionnalité : désormais, le réseau social identifie les photos de ses membres, même lorsqu'ils ne sont pas tagués, en s'appuyant sur la reconnaissance faciale.

Lorsqu’une personne publie une photo de vous sur Facebook, sans vous taguer ou vous en informer, il y a peu de chances que vous ayez vent de sa présence sur le réseau social. À moins que vous ne tombiez dessus dans votre fil d’actualités, ou qu’un ami vous le fasse remarquer, vous aurez du mal à traquer vos clichés sur Facebook.

Voilà une réalité qui va peut-être changer pour la majorité des utilisateurs du réseau social. En effet, ceux-ci voient désormais arriver sur Facebook un nouvel outil de reconnaissance faciale à compter de ce 19 décembre 2017.

L’Europe et le Canada ne sont pas concernés

Désormais, lorsqu’un utilisateur mettra en ligne une photo, les algorithmes de Facebook tenteront d’identifier s’il s’agit du visage d’un autre membre. La fonctionnalité n’est pas ouverte aux deux milliards d’utilisateurs du réseau social ; l’Union européenne et le Canada en sont écartés.

La technologie de reconnaissance faciale suscite en effet une certaine méfiance sur le vieux continent. En France, la CNIL insiste ainsi sur l’importance de « comprendre que son caractère intrusif est croissant puisque la liberté d’aller et venir anonymement pourrait être remise en cause. »

Facebook

Contrôler son image

Depuis 2010, Facebook a étendu son utilisation de cette technologie sur sa plateforme. Face aux inquiétudes régulièrement exprimées en Europe, le réseau social présente sa dernière trouvaille en tenant le raisonnement suivant : être notifié de sa présence sur une photo donnerait, au contraire, davantage de contrôle sur son image à l’internaute.

« Nous avons pensé à cette fonctionnalité comme un moyen de redonner le contrôle, explique Rob Sherman, responsable des données personnelles de Facebook. Il y a probablement des photos dont vous n’avez pas connaissance. »

En attendant de convaincre l’Europe du bien fondé de la reconnaissance faciale, le réseau social continue d’en multiplier les applications. Ainsi, Facebook envisagerait d’utiliser cette technologie pour permettre à ses membres de déverrouiller leur compte.

Partager sur les réseaux sociaux