Mozilla a suscité la grogne d'une partie de sa communauté pour avoir ajouté en secret un plugin promotionnel lié à la série Mr. Robot. La fondation a admis une erreur et a fait marche arrière.

De toutes les séries TV qui essaient d’évoquer la culture web, le piratage, les attaques informatiques et le hacking, Mr. Robot est certainement l’une des œuvres qui s’en sort le mieux. Edward Snowden, un ex-agent de la NSA, a d’ailleurs salué la qualité et la justesse du show sur ces thématiques. Et l’on ne doute pas que d’autres personnes sont sensibles à certains développements de la série.

Chez Mozilla aussi, on apprécie le récit inventé par Sam Esmail, le créateur de la série. Peut-être un peu trop d’ailleurs, puisque la fondation s’est retrouvée dans une position très inconfortable depuis la diffusion du dernier épisode de la saison 3 de la série (il a été retransmis le 13 décembre sur USA Network). En cause ? Une opération marketing conçue en lien avec l’équipe de Mr. Robot.

Mi-décembre, une extension intitulée Looking Glass est apparue dans le navigateur Firefox de certains internautes. Lorsqu’elle était lancée, elle permettait de jouer à un petit jeu de réalité alternative — son crédo étant « ma réalité est différente de la tienne » — autour de la fin de troisième saison. Sauf que ce module complémentaire n’a jamais été sollicité par les internautes.

Or, cette installation en secret du module est évidemment un signal bien décevant pour une structure qui justement s’est fait connaître sur l’attention toute particulière qu’elle accorde à sa communauté. La fondation Mozilla est notamment appréciée parce qu’elle a pris l’habitude de placer le consentement des internautes au cœur de ses orientations, en témoigne l’adoption du mécanisme Dot Not Track.

Une déception d’autant plus grande que ce plugin a aussi une visée publicitaire puisqu’il participe de fait à la promotion d’une série télévisée. Or, étant donné la nature du module, il aurait été plus avisé de la part de Mozilla de demander d’abord à sa communauté si elle avait envie de découvrir cette expérience de réalité alternative, qui consiste à modifier la perception que l’on peut avoir de certains sites web.

Firefox
CC Mozilla in Europe

Et la grogne se manifesta

Résultat, ceux et celles qui ont repéré l’existence de Looking Glass n’ont pas tardé à se faire entendre et pas de la manière qu’espérait sans doute Mozilla : sur les forums officiels et sur les sites communautaires, les publications interrogatrices ou critiques ont commencé à apparaître pour essayer de tirer les choses au clair. Car Mozilla semble avoir oublié que la série, bien que plaisante, n’est pas suivie par tout le monde.

Face à la grogne, Mozilla a fini par dépêcher des représentants auprès de la presse en vue de calmer le jeu : « notre objectif avec l’expérience personnalisée que nous avons créée avec M. Robot était d’interagir avec nos utilisateurs d’une manière amusante et unique », ont-ils expliqué, notamment à The Verge, avant d’admettre ensuite que leur approche a manqué de clarté.

« Nous avons entendu certains de nos utilisateurs dire que l’expérience que nous avons créée a causé de la confusion »

« Un vrai engagement signifie aussi écouter les réactions. Ainsi, même si l’extension qui a été envoyée aux utilisateurs de Firefox n’ a jamais collecté de données, et devait être explicitement activée par les utilisateurs jouant au jeu avant qu’elle n’affecte tout contenu web, nous avons entendu certains de nos utilisateurs dire que l’expérience que nous avons créée a causé de la confusion ».

Depuis, Mozilla a arrêté de procéder de cette manière. L’extension est toujours utilisable mais elle doit être récupérée dans le catalogue d’extensions de la fondation. « Looking Glass est une collaboration entre Mozilla et les créateurs de Mr. Robot pour offrir une expérience du monde partagée. Êtes-vous un fan de Mr. Robot ? Si oui, rejoignez la chasse aux réponses ! », précise le descriptif.

Et pour assurer une transparence complète, le code source a aussi été publié pour que toutes les personnes ayant les compétences pour le faire puisse l’examiner.

Partager sur les réseaux sociaux