Tizen a-t-il échoué avant même d'avoir essayé ? Pour Huawei, le système d'exploitation mobile open source soutenu par Intel et Samsung n'a aucun espace face à Android et iOS.

Huawei est-il en train de remettre en cause son soutien à Tizen, le système d'exploitation open-source fondé sur les ruines de MeeGo et développé conjointement par Intel et Samsung ? Alors que le constructeur chinois est membre (.pdf) de l'association Tizen, des déclarations récemment tenues par un haut cadre de la société laissent à penser que le fabricant a tourné la page.

Dans le Wall Street Journal, Yu Chengdong a confié ne pas croire dans les chances de Tizen face aux mastodontes que sont Android et iOS. Les deux systèmes d'exploitation pour terminaux sont aujourd'hui trop bien installés, à tel point que même une plateforme comme Windows Phone, pourtant soutenue par Microsoft, a toutes les difficultés du monde à se constituer une part de marché significative.

À en croire Huawei, l'une des faiblesses de Tizen réside dans la pauvreté de son écosystème. Si le système d'exploitation a des qualités, encore faut-il que celui-ci puisse s'appuyer sur un nombre suffisant d'applications pour convaincre les usagers de déménager. Dit autrement, Tizen est en quelque sorte une jolie maison neuve, mais qui n'est pratiquement pas meublée.

À cette faiblesse s'ajoute l'instabilité de Samsung sur le dossier Tizen, qui pourtant souhaite s'en servir pour se dégager un tant soit peu de l'omniprésent Android. En effet, la sortie du premier smartphone du fabricant sud-coréen sous Tizen, le Samsung Z, a constamment été repoussée ces derniers mois, ce qui n'est pas un signal très encourageant pour les autres partenaires de l'association Tizen.

Là aussi, la raison de ces reports réguliers est la pauvreté de la boutique d'applications. "Le smartphone apparaîtra sur le marché russe [premier pays qui devait recevoir le mobile, ndlr] plus tard, lorsque nous pourrons proposer à nos utilisateurs un portefeuille plus complet d'applications", expliquait Samsung.

Source : Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.