Développé par From Software pour le compte d'Activision, Sekiro: Shadows Die Twice prouve qu'il y a un après-Dark Souls pour le studio japonais.

Ces dernières années, From Software a remporté les suffrages avec sa trilogie Dark Souls, conclue sur un troisième opus de haute volée. Cela veut dire que le studio japonais, qui s’est également fait remarquer avec Bloodborne sur PlayStation 4, doit désormais gérer l’après. Ce qui n’apparaît pas comme une mince affaire en soi alors que From Software aurait pu faire comme tant d’autres : tirer sur la corde.

Mais, durant l’E3 2018, nous avons découvert un certain Sekiro : Shadows Die Twice, développé sous l’égide d’Activision. Confortablement installé sur ses valeurs sûres (Call of Duty, Destiny, les jeux Blizzard), le géant américain a envie de remplir une case de son catalogue. Et pas n’importe laquelle : celle des expériences exigeantes pour joueurs avertis. On y a goûté pendant une trentaine de minutes à la gamescom, non sans souffrir de plaisir jusqu’à — spoiler — terrasser ce boss qui n’a cessé de nous mettre la misère.

Vous vous souvenez des Tenchu ?

Pour From Software, se réinventer ne veut en aucun cas dire travestir sa philosophie et tomber dans la facilité. En ce sens, Sekiro : Shadows Die Twice est une production qui assoit son gameplay sur un défi plus élevé que la moyenne. C’est inscrit dans son ADN. Pour autant, il n’a finalement que ce point commun avec les Dark Souls, contrairement à un Bloodborne qui assumait d’en être un rejeton. En réalité, Sekiro : Shadows Die Twice va plutôt aller piocher loin dans le passé en convoquant des éléments qui rappelleront les Tenchu. Les vrais savent comme dirait l’autre.

Manette en mains, Sekiro : Shadows Die Twice est très pêchu. À la verticalité autorisée par un grappin s’ajoutent un gameplay très nerveux et des exécutions gores à souhait. Un simple choix de game design est là pour en attester : point de barre d’endurance à l’horizon, juste des coups à faire pleuvoir façon beat them all en évitant, si possible, d’en prendre en retour. Sur ce point, on pourra compter sur une esquive ou une parade qui, réalisée au bon moment, déstabilise l’adversaire jusqu’à le rendre vulnérable. Un constat qui vaut aussi pour les boss et les mini-boss qui bénéficient de plusieurs barres de vie.

Sekiro : Shadows Die Twice // Source : Activision

En revanche, on ne fera que peu de commentaires, pour le moment, sur l’arsenal à disposition puisqu’on imagine qu’il y aura bien plus qu’un simple sabre à brandir au-devant du Mal. En tout cas, le héros dispose aussi d’une arme secondaire que l’on peut changer à la volée. Sans oublier les objets consommables utiles, dans le sillage des potions et autres parchemins de protection.

Croisement entre Tenchu et Dark Souls oblige, Sekiro : Shadows Die Twice autorisera les éliminations furtives — parfois aériennes. Elles ne seront pas de trop face à des ennemis très agressifs et ne laissant que peu de place aux approximations et aux erreurs de jugement. Aucun doute à avoir, nous sommes encore en face d’un jeu qui se mérite et qui forcera les intéressés à apprendre, quitte à retourner à leurs études s’ils butent sur un passage. Au cas où vous n’auriez pas compris, le sous-titre Shadows Die Twice fait référence à la possibilité de ressusciter, donc d’avoir une seconde chance — ce ne sera pas toujours une bonne idée. Pour autant, n’allez pas croire que ce cadeau des développeurs vous laissera un seul moment de répit : leur sadisme va jusqu’à forcer à être sur ses gardes à la seconde où on revit. Cruel mais finalement juste.

Et si les combats constituent le nerf de la guerre, on a entr’aperçu des environnements suffisamment étendus pour donner naissance à un peu d’exploration. En somme, Sekiro : Shadows Die Twice, qui repose en prime sur un univers japonais attrayant, n’a pas eu besoin de grand-chose pour nous conquérir. On a hâte, maintenant, d’enchaîner les game over jusqu’à plus soif. Ou plutôt jusqu’à réussir avec un gros ouf de soulagement en guise de récompense personnelle. Rendez-vous le 22 mars 2019 sur PC, PlayStation 4 et Xbox One.

Sekiro : Shadows Die Twice // Source : Activision

Partager sur les réseaux sociaux