Le business des jeux de cartes à collectionner peut donner lieu à des prix assez invraisemblables pour une seule pièce. En témoigne cette carte proposée à plus de 300 000 euros.

45 000 000 : c’est le prix, en yens, d’une carte Yu-Gi-Oh !, jeu auquel vous avez peut-être déjà joué il y a quelques années. Rassurez-vous, vous n’avez pas à vous maudire d’avoir filé toute votre collection à votre petit cousin. En effet, vous n’avez jamais été en possession de cette carte à l’effigie du Blue-Eyes Ultimate Dragon. Elle n’a été tirée qu’à un seul exemplaire et donnée au vainqueur d’un gros tournoi des Asian Championship Series. Elle est même signée par Kazuki Takahashi, le créateur original de Yu-Gi-Oh !. D’où le tarif dépassant les 300 000 euros.

C’est plus cher qu’une Tesla

Ces cartes exclusives offertes lors des tournois forment une excellente manière, pour les organisateurs, d’augmenter le cash prize sans forcément dépenser plus d’argent (c’est juste le coût d’une impression). Elles sont généralement présentées dans un joli packaging pour en faire, aussi, des trophées prestigieux. Leur caractère unique fait que la côte dépasse l’entendement alors que des cartes normales peuvent déjà se monnayer à plusieurs centaines d’euros en fonction de la rareté et l’utilisation qu’en font les joueurs (en règle générale, plus une carte est jouée, plus elle vaut cher). Voilà pourquoi les propriétaires n’hésitent pas à les proposer à des prix indécents.

À l’origine, le propriétaire du Blue-Eyes Ultimate Dragon voulait, pour la blague, proposer son sésame à 99,9 milliards de yens (plus de 700 millions d’euros). Bien évidemment, il n’a trouvé aucun acheteur et a décidé d’appliquer une sérieuse et nécessaire réduction.

Et figurez-vous que ce Blue-Eyes Ultimate Dragon n’est même pas la carte Yu-Gi-Oh ! la plus chère de l’histoire. Le tout premier vainqueur d’un tournoi organisé au Japon a reçu une carte Black Luster Soldier estimée à 10 millions de dollars (il en aurait tiré 2 millions de la vente). Soit l’une des plus cotées tout JCC confondu.

Bien évidemment, il n’est pas certain que l’intéressé trouve preneur. Mais si jamais vous êtes collectionneurs et/ou riches, vous pouvez trouver la carte au magasin Card Shop Spiral situé à Tokyo.

Partager sur les réseaux sociaux