Tencent va s'occuper du lancement de PLAYERUNKNOWN'S BATTLEGROUNDS en Chine. Une bonne nouvelle alors que le jeu phénomène restait sous le coude d'un bannissement dans cette région de l'Asie.

Tencent tient sa part du gâteau et Bluehole peut respirer : les deux firmes se sont entendues pour un vrai lancement de PLAYERUNKNOWN’S BATTLEGROUNDS en Chine, déjà disponible là-bas via Steam (et sans licence officielle). Dans l’œil du cyclone en raison de son contenu jugé trop violent pour les plus jeunes, le jeu phénomène de l’année 2017 reste sous la menace d’une interdiction. Avec Tencent comme soutien de taille, on imagine que cette éventuelle sanction qui plane sera de l’histoire ancienne. Mais il faudra sans doute passer par quelques modifications pour s’accorder avec la régulation — des plus strictes — en place.

Cap sur la Chine

Daniel Ahmad, analyste chez Niko Partners a précisé que le deal entre Tencent et Bluehole s’appuiera notamment sur trois piliers importants : donner naissance à des serveurs chinois officiels (et solides), partir en chasse des (nombreux) tricheurs et proposer une version du jeu en phase avec les restrictions en vigueur. Par exemple, l’intéressé s’attend à ce que le sang change de couleur et que la violence soit quelque peu atténuée.

Sans lancement en bonne et due forme, PLAYERUNKNOWN’S BATTLEGROUNDS revendique déjà une belle communauté de joueurs chinois (ils pèseraient 40 % du volume mondial selon les chiffres de Daniel Ahmad). Autant dire que Tencent et Bluehole avancent en terrain conquis du côté du public mais doivent maintenant trouver des solutions pour redore le blason de PUBG aux yeux des autorités. Au regard des enjeux financiers et du poids du conglomérat, on peut désormais être confiant pour l’avenir du titre ayant dépassé les 20 millions de ventes depuis mars.

Partager sur les réseaux sociaux