Plusieurs universités en partenariat avec Volvo et Renova ont développé un système de ramassage d'ordures intelligent et automatisé.

L’automatisation des tâches et l’intelligence artificielle simplifie voire remplace totalement des métiers exercés par l’Homme. La machine est plus rapide, plus efficace et, dans la durée, coûte moins cher. Si certaines professions sont plus touchées que d’autres, des études montrent que pratiquement un emploi sur deux sera concerné par l’obsolescence humaine. Prochaines victimes en date de l’automatisation ?  Les éboueurs.

Plusieurs universités membres du programme académique du groupe Volvo ont conçu, en partenariat avec Renova, un prototype fonctionnel de système de ramassage d’ordure automatisé.

Le projet, nommé ROAR (pour Robot-based Autonomous Refuse handling, ou en français système de ramassage autonome des déchets à base robotique), fonctionne grâce à la coopération d’un robot sur roues et d’un drone. Lorsque le camion de ramassage d’ordure arrive dans une zone de collecte, le drone aérien survole le secteur à la recherche de poubelles. Le robot terrestre peut ensuite collecter et ramener les bacs au camion.

drone volvo

Un ensemble de capteurs (GPS, Lidar, caméras, accéléromètre, gyroscope) permet au robot d’effectuer sa besogne en évitant les obstacles, tandis qu’une caméra présente sur le camion vérifie que les passants ne s’approchent pas trop près durant la manœuvre, et l’interrompt en cas de danger.

«  La sécurité est la base de tout ce que nous faisons », déclare Per-Lage Götvall, le responsable du projet chez Volvo. « Conséquemment, de nombreux capteurs sur le robot sont utilisés pour assurer la sécurité ».

Dans l’état actuel du prototype, et pour les mêmes raisons de sécurité invoquées par Per-Lage Götval, l’homme n’est pas encore entièrement écarté de la manœuvre. Il supervise la bonne marche des opérations et dispose d’un bouton pour démarrer ou arrêter le ramassage en cas d’urgence.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos