Vous utilisez beaucoup le point pour finir vos SMS ? Alors vos interlocuteurs vous trouvent peut-être froid et sec. C'est en tout cas ce qu'indique une étude qui s'est penchée sur la perception du point de ponctuation dans les textos.

Vous avez le souci de la langue bien écrite ? Vous traquez la moindre faute d’orthographe et vous mettez un point d’honneur à respecter au plus près les règles de la ponctuation, qu’il s’agisse d’un courrier officiel adressé à l’administration ou d’un simple SMS envoyé à votre ami ? Hé bien figurez-vous que dans certaines circonstances, le soin que vous apportez à rédiger très correctement vos pensées peut vous desservir.

C’est ce qui transparaît d’une étude menée par des universitaires en psychologie. Ces chercheurs, qui officient au sein de la faculté d’État de New York à Binghamton, ont axé leurs travaux sur la manière dont le point est perçu dans les échanges par texto. Il ressort que l’usage de celui-ci pour finir une phrase (alors que c’est tout de même son rôle, à la base !) dans un texto modifie la perception du message lui-même.

texte SMS
Allez-vous être cassant ?
– CC Alexandra E Rust

Une réponse par texto comme « oui », « non » ou « d’accord » est, d’après les sondés qui ont participé à l’étude, jugée plus sincère qu’un message se terminant avec un point : « oui. », « non. » ou « d’accord. ». L’ajout de cette ponctuation — et de celle-ci uniquement : les autres signes comme l’interrogation ou l’exclamation ne produisent pas le même effet — rendrait, aux yeux des participants, le message plus froid et plus sec.

Et ce phénomène ne se manifeste visiblement qu’avec les textos : en tout cas, l’impression ressentie avec les SMS n’a pas été retrouvée lors d’un test où les réponses étaient écrites à la main sur un bout de papier.

« Les textos ne bénéficient pas des repères sociaux qui sont utilisés lors de discussions en face-à-face. Lorsque l’on parle, les gens transmettent facilement de l’information sociale et émotionnelle avec le regard, les expressions du visage, le ton de la voix, les pauses, et ainsi de suite », explique Celia Klin, qui a dirigé cette étude, citée par le Washington Post. Autant de moyens de communication qui ne peuvent pas être transmis par SMS.

Smileys, déformations de mot et ponctuation pour combler l’absence des repères sociaux.

C’est pour cette raison que les émoticônes et les déformations volontaires de mots ont vu le jour et connaissent aujourd’hui un tel succès (y compris sur Internet), afin de nuancer le discours et apporter des indications au destinataire sur la façon dont il doit interpréter le message. Il est vrai que la lecture entre « crétin ;-) ! » et « crétin. » n’est pas tout à fait la même. Et ce serait donc la même chose pour le point.

Reste que l’usage du point final est en recul dans les SMS.

Hormis pour séparer plusieurs phrases dans un même texto, il est rare de le voir apparaître en fin de message. Et cette manière de faire n’est pas réservée aux jeunes générations. Même des interlocuteurs plus âgés ont tendance à zapper le point final. Et c’est peut-être le souci de gagner du temps dans l’écriture du SMS, en évitant une ponctuation qui n’apporte aucune nuance particulière, qui est à la cause de cette éviction.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés