Après avoir démontré sa capacité à vaincre l'un des meilleurs joueurs du monde au jeu de go, le système d'intelligence artificielle développé par Google pourrait se lancer dans les jeux vidéo.

Maintenant qu’il a triomphé de l’un des tous meilleurs joueurs de go au monde par quatre points à un en sa faveur, quel sera le prochain défi pour AlphaGo, le système d’intelligence artificielle développé par DeepMind, le laboratoire de recherche en IA rattaché à Google ? Conquérir et dominer StarCraft, le fameux jeu vidéo de stratégie en temps réel lancé par Blizzard en 1998.

C’est en effet dans cette direction que la firme de Mountain View pourrait aller dans les mois à venir. « StarCraft, je pense, est probablement notre prochaine cible » a confié l’un des cadres de Google, Jeff Dean, lors d’un évènement à San Francisco, dans des propos rapportés par Business Insider.

StarCraft 2
Une partie de StarCraft 2.

Dans StarCraft, trois races avec leurs points forts et leurs points faibles s’affrontent : les terrans (proches des humains en apparence), les zergs (des insectes géants) et les protoss (une race mystique très avancée sur le plan technologique et dotée de capacités psychiques). le but du jeu est de collecter deux ressources (du minerai et du gaz vespène), de développer sa base, de renforcer son armée dans le seul but de vaincre son adversaire.

Ce serait un challenge important pour l’IA de Google, puisqu’elle serait confrontée au « brouillard de guerre » : concrètement, elle ne disposerait pas, en début de partie, d’une information complète et parfaite lui permettant de connaître les décisions prises par le camp adverse. Il lui faudrait partir sur une stratégie et aller s’enquérir de ce que fait l’ennemi en envoyant des éclaireurs espionner sa base.

Dans StarCraft, le joueur n’a pas une connaissance parfaite de ce qui se passe dans la partie

C’est très différent des échecs ou du go, puisque chaque joueur voit tout de suite le coup joué par son adversaire. L’ordinateur peut en effet analyser tout le plateau et connaître en temps réel la position de chaque pièce ou pierre. Dans StarCraft, il ne saura pas toujours à quel endroit se trouve l’ennemi, ce qu’il fait et où se trouvent les ressources. Cela impose donc de s’adapter en permanence, à mesure que des bribes d’information parviennent.

En se projetant un peu dans le futur, AlphaGo pourrait tout à fait se retrouver à affronter les meilleurs joueurs du monde, qui sont surtout sud-coréens. En effet, les joueurs du pays du matin calme s’avèrent particulièrement forts à StarCraft, même si quelques adversaires en Occident, comme le Français Ilyes « Stephano » Satouri, sont aussi capables de faire partie de l’élite mondiale.

StarCraft est très différent du go.

Interrogé à ce propos par The Verge, Demis Hassabis, le directeur de DeepMind, la société qui supervise AlphaGo, a d’ailleurs évoqué l’éventualité d’entraîner AlphaGo pour qu’il gère sur StarCraft, à condition toutefois que cela ait un intérêt pour le développement de l’IA et pour que cela puisse servir à construire des choses qui seront utiles pour résoudre des problèmes complexes qui se posent à la société.« Il y a bien y a évidemment toutes sortes de jeux vidéo dans lesquels les humains jouent bien mieux que les ordinateurs, comme StarCraft, qui est aussi un autre grand jeu en Corée du Sud », a-t-il fait remarquer « Les jeux de stratégie nécessitent un haut niveau de capacité stratégique dans un monde à information incomplète […]. Le truc avec le go est que vous pouvez évidemment voir tout ce qui se passe sur le plateau, de sorte que cela rend la tâche légèrement plus facile pour les ordinateurs ».

Demis Hassabis
Demis Hassabis (à gauche)
CC PhOtOnQuAnTiQuE

Demis Hassabis est bien placé pour le savoir. Avant de se retrouver à la tête de DeepMind en tant que neuroscientifique, l’intéressé a eu une carrière dans le domaine du jeu vidéo. C’est notamment lui qui a participé au développement de Theme Park et de Black & White, notamment du point de vue de l’intelligence artificielle. Il est donc parfaitement au courant des défis qui se dresseront devant AlphaGo si c’est en direction du jeu vidéo qu’aura lieu la prochaine étape.

Mais les défis ne sont-ils justement pas faits pour être relevés ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés