C’est lors d’une conférence de presse tenue il y a quelques jours qu’Alain Appriou, directeur marketing de Toshiba pour la filiale française, a dévoilé les visées du fabricant en matière de HD. Il est hors de question pour lui que Toshiba se soumette au nouveau diktat du Blu-Ray et de verser des royalties pour que ses lecteurs digèrent le format victorieux de la dispute qui l’a opposé à Sony. « Nous avons perdu le format, c’est triste pour nous, mais on croit au développement du downloading pour la HD. » Un opportunisme amusant. Poussée par la rancune, la firme japonaise se rapprocherait donc des objectifs que Microsoft a depuis longtemps formulé en la matière.

Le téléchargement ne s’oppose pas forcément au support physique, ou du moins, d’une manière moins frontale que l’a été la bataille HD DVD contre Blu-Ray. Et pourtant, on commence à voir s’esquisser un nouveau camp qui verrait bien la mort de support physique, comme si l’industrie ne se plaisait que dans le perpétuel antagonisme. Dire que les comportements de consommation et les contraintes techniques (connexion, matériel informatique) ne permettent pas encore de voir se dérouler une telle bataille est une erreur. Bien sûr, la HD numérique requiert le haut débit et le haut débit ne couvre pas toute la population. Mais d’un autre côté, HD DVD et Blu-Ray se sont affrontés alors que la population intéressée par la haute définition était tout sauf représentative.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés