Une nouvelle étude européenne démontre que la TV sur IP remporte l'adhésion des consommateurs par le fait d'apporter une interactivité et une transversabilité plus grande que la télévision traditionnelle. Le manque d'équipement constitue pourtant un frein à son adoption.

Une étude de Juniper Networks montre l’influence considérable qu’ont eu les sites de vidéo à la demande (VOD) sur les attentes des consommateurs en matière de diffusion télévisuelle sur Internet ou mobiles. Les Européens attendent bien plus qu’une simple adaptation du média aux supports numériques.

L’enquête, menée auprès de 3.000 sondés français, allemands, et britanniques, montre que les consommateurs seraient avant tout attirés par la possibilité offerte de pouvoir personnaliser les chaînes. Elle permettrait de la sorte d’assumer un pouvoir de sélection de contenus plus grand que pour la télévision traditionnelle. Le fait de pouvoir utiliser la télévision autrement que pour cette seule fonction serait un aussi un atout indéniable. La TV IP, c’est en effet le moyen de recevoir les chaînes sur un matériel qui ne lui serait pas forcément exclusif (ordinateurs, mobiles, Xbox/PS3…), et de ne plus être esclave de la grille horaire.

Une transversabilité accompagnée d’une plus grande interactivité, voilà ce qui fait de la TV IP un prétendant serieux pour endosser le titre de véritable TV du futur. Et, sans grande surprise, ce sont les fournisseurs d’accès Internet et les opérateurs mobile qui seraient perçus comme les plus fiables pour en assumer le service. Les chaînes de télévision, qui ont jusque là préféré s’attacher à des modes de diffusion traditionnels, indiquent par leur quasi-absence d’investissement leur position défavorable sur cette question.

La TV IP a encore du chemin à faire

La télévision sur IP a pourtant certains obstacles à surmonter avant de pouvoir s’imposer dans le paysage audiovisuel. Médiamétrie a évalué le taux de foyers français équipés en ordinateurs à 52,9 % de la population pour le 3ème trimestre 2006, et le nombre de foyers connectés à 42,6 %. Si l’on considère le fait que plus de 95 % de la population possède en revanche un téléviseur, on ne s’étonnera pas de voir 61 % des français évoquer le besoin de s’équiper comme un frein à l’adoption de la TV IP.

Les instituts de sondage ont souvent constaté ces dernières années que si les dépenses consacrées à l’équipement électronique avait tendance à augmenter, celui consacré au contenu de ces équipements ne faisait que baisser. Cette tendance viendrait donc renforcer le poids que pourrait avoir la TV IP ces prochaines années, pendant que l’Etat, qui favorise les diffusions linéaires traditionnelles, affiche une conviction toute autre dans
son modèle
, déjà dépassé par les diverses formes futures de TV IP.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés