Pointé indirectement du doigt dans un test visant à mesurer l'efficacité énergétique des téléviseurs, Samsung affirme que son option de réduction de la luminosité pour diminuer la consommation n'est pas un dispositif caché mais un simple réglage à disposition de l'usager. De son côté, Bruxelles prévoit d'enquêter sur le sujet.

Après le scandale Volkswagen, va-t-on très bientôt découvrir la supercherie d'une autre entreprise ? Alors que le constructeur automobile allemand est empêtré dans l'affaire du logiciel qui truque les résultats des tests anti-pollution de ses voitures, trichant ainsi sur la qualité réelle de ses moteurs au diesel, voilà que c'est au tour de Samsung de faire face à des accusations similaires.

Tout est parti d'un test mené par ComplianTV, un organisme financé par l'Union européenne dont la mission est de mesurer l'efficacité énergétique des téléviseurs au regard des normes édictées par le Vieux Continent : le principe est similaire à l'échelle qui rend compte de l'énergie consommée par les logements, avec des notes allant de A (très économe) à G (très énergivore).

GESTION DE LA LUMINOSITÉ

Dans l'un des rapports effectués par ComplianTV, et datant du mois de février, il est en écrit que "les laboratoires ont observé des comportements différents au niveau des téléviseurs pendant les mesures, ce qui a soulevé la possibilité d'une détection par les TV de la procédure de test et d'une adaptation de leur consommation d'énergie en conséquence".

Le rapport, qui a été cité par le Guardian, ajoute "que ce phénomène n'a pas été formellement démontré lors des tests de ComplianTV, mais certains téléviseurs ont donné l'impression qu'ils ont détecté une situation de test". Dans ce rapport, le nom de Samsung n'a pas été expressément cité. Mais il s'avère que le groupe sud-coréen propose effectivement une technologie qui ajuste la luminosité.

Celle-ci est baptisée "Motion Lightning" et permet de "réduire la consommation d'énergie en abaissant la luminosité de l'écran lorsque l'image sur l'écran est en mouvement". Elle se trouve dans les paramètres avancés du téléviseur, à côté d'autres réglages comme les contrastes dynamiques ou le filtre pour réduire le bruit numérique.

SAMSUNG DÉMENT TOUTE TRICHERIE

Sauf que pour Samsung, il n'y a aucune dissimulation ou tromperie avec le Motion Lightning. Ce n'est qu'une option à disposition des utilisateurs, qui n'est nullement cachée. Pour la société asiatique, la comparaison avec la situation que traverse actuellement Volkswagen n'a pas de sens. De plus, le fonctionnement du Motion Lightning  peut survenir aussi bien au domicile que dans un laboratoire de test.

"Le Motion Lightning n'est pas un réglage qui s'active uniquement lors des tests de conformité. Au contraire, c'est un paramètre par défaut qui fonctionne aussi bien à la maison qu'au laboratoire", écrit la société dans un billet de blog contestant l'article du Guardian. Il vise à faire des économies d'énergie et, par conséquent, limiter l'impact sur l'environnement que provoque le téléviseur.

Le Motion Lightning, qui a vu le jour en 2011, peut en outre être désactivé. "Si l'usager choisit de modifier les réglages de son écran ou de basculer dans un autre mode, alors la fonctionnalité est désactivée, ce qui donne à nos clients un choix simple de privilégier soit l'efficacité énergétique soit les performances du téléviseur", ajoute la firme.

LA COMMISSION S'EN MÊLE

L'affaire n'en restera en tout cas pas là. Tandis que le responsable du projet ComplianTV a décoché de nouvelles flèches contre Samsung, en affirmant que si celui-ci "respecte la lettre de la loi, il en viole l'esprit", la Commission européenne a fait savoir qu'elle ouvrirait une enquête préliminaire pour tirer au clair cette affaire.

( photo : CC BY Samsung Belgium )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés