Alors que le secteur de la musique en ligne est plus concurrentiel que jamais, Deezer cherche à trouver de nouveaux leviers pour poursuivre son développement à l'international. Alors qu'une levée de fonds était envisagée initialement, c'est finalement une entrée en bourse qui aura lieu.

Deezer change son fusil d'épaule. Après avoir conduit avec succès plusieurs levées de fonds au cours de ces dernières années, dont certaines lui ont permis de récolter jusqu'à 100 millions d'euros, le service français de musique en ligne compte désormais effectuer une entrée en bourse. Celle-ci pourrait survenir d'ici la fin 2015 si aucun retard particulier ne vient perturber le processus.

Jusqu'à présent, Deezer hésitait entre deux grands scénarios : outre l'arrivée de la plateforme musicale sur les marchés financiers, il était aussi envisagé de boucler tout simplement une nouvelle levée de fonds auprès des investisseurs privés. Une tactique qui a payé jusqu'à présent, puisque les précédents tours de table ont permis à l'entreprise de financer son développement.

L'arrivée de Deezer en bourse constitue un challenge important, car les performances du service de streaming seront désormais suivies avec une très grande attention. Or, celui-ci n'est pas seul sur ce créneau : d'autres acteurs de poids comme Spotify et Apple Music constituent des adversaires redoutables qui pourraient bien contrarier ses projets à plus long terme.

En plus du nombre d'auditeurs (16 millions d'utilisateurs) et du ratio entre usagers gratuits et abonnés (plus 6 millions de clients), la capacité de Deezer à gagner de l'argent sera observée de près. Sauf que pour l'instant, du fait de sa stratégie à l'international qui a nécessité d'importants moyens Deezer n'est pas rentable. Du moins, pas encore : sa marge brute d'exploitation est en effet en train de progresser.

Pour Deezer, il faudra donc démontrer sa capacité à figurer parmi le peloton de tête des services de streaming, et en particulier à donner le change à Spotify, son grand rival, qui compte pour sa part 75 millions d'usagers dont 20 millions passent par un abonnement, alors que sa disponibilité internationale est moins étendue (Europe, Amériques et Océanie, essentiellement) que Deezer (plus de 180 pays).

Car pour l'instant, c'est en France que se concentre l'essentiel de l'activité de Deezer, aussi bien sur le plan financier qu'au niveau de sa visibilité (ses abonnés proviennent pour grande partie de son accord avec Orange, dont l'échéance est fixée en 2018). Deezer fait certes des efforts dans d'autres pays, comme les États-Unis, qui est un marché clé, mais cela reste relativement secondaire.

( photo : CC 0 SplitShire )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés