Microsoft a développé plusieurs prototypes avant d'arrêter son choix sur la manette actuelle de la Xbox One. L'une des pistes explorées par la firme de Redmond était de concevoir un contrôleur odorante. Celui-ci aurait pu immerger davantage le joueur en générant des senteurs en rapport avec la partie.

Lorsque Nintendo a présenté la Wii U en 2012, la presse et le public ont beaucoup glosé sur la manette. Il est vrai que celle-ci, avec son écran de 6,2 pouces, arbore un look très inhabituel, à mi-chemin entre un contrôleur classique et une tablette tactile. Cette particularité serait toutefois un handicap pour la console, qui connaît depuis le début de sa carrière des ventes en berne.

Des trois principaux constructeurs, Nintendo est le seul à avoir développé une manette vraiment originale. De leur côté, Sony et Microsoft ont préféré jouer la carte de la prudence en faisant preuve d'un certain classicisme avec la DualShock 4 et le contrôleur de la Xbox One. Certes, les deux manettes présentent des améliorations par rapport aux anciens modèles, mais elles ne sont pas audacieuses.

Pourtant, Microsoft a imaginé plusieurs concepts pour sa manette Xbox One et a élaboré des centaines de prototypes. À en croire Gamesbeat, la firme de Redmond avait dans ses cartons quelques idées franchement inhabituelles. L'une d'entre elles consistait à créer une manette capable de délivrer des senteurs sur le principe de l'odorama (smell-o-vision).

L'idée avec l'odorama est de solliciter l'organe olfactif du joueur pendant une partie, afin de renforcer son immersion. Dans une jungle, il aurait par exemple été possible de sentir les fragrances de la végétation environnante. En entrant dans un bar, la manette aurait pu essayer de retranscrire l'ambiance en générant une odeur d'alcool et / ou de cigarette.

Mais en définitive, l'idée n'a pas été retenue. Le motif de cet abandon n'a pas été donné ; il peut s'agir d'un obstacle insurmontable à franchir lors de la production industrielle de la manette, d'un problème de coût, d'un risque pour l'autonomie de la manette (piles intégrées), d'un rendu olfactif médiocre ou encore d'une crainte d'un accueil mitigé de la part de la clientèle traditionnelle de Microsoft.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos