Star Wars incarne sans doute la quintessence de la rivalité entre le cinéma numérique et le cinéma tourné sur pellicule. Si la trilogie originale a été tournée en 35 mm, la prélogie a progressivement évolué vers le tout numérique. Quel chemin prendra Star Wars, épisode VII, alors que son réalisateur a une nette préférence pour la pellicule ?

Le 30 octobre dernier, Disney a révélé le rachat de LucasFilm pour 4,05 milliards de dollars. Dans la foulée a été annoncée la mise en chantier du septième épisode de Star Wars, dont la sortie en salles est prévue pour 2015, vraisemblablement autour du mois de mai. Depuis, le nom du réalisateur a été dévoilé, une partie de l'équipe technique présentée et certains acteurs évoqués.

Donc, c'est J. J. Abrams qui aura pour lourde tâche de porter à l'écran les prochaines aventures de Luke Skywalker, Han Solo et la princesse Léia. Or, comment sera tourné Star Wars, épisode VII ? La question n'est pas si anodine, car le réalisateur de Mission impossible 3, Super 8 et des deux derniers Star Trek n'a jamais caché son goût pour l'argentique au lieu du numérique.

D'ailleurs, l'homme n'a manifestement jamais tourné ainsi. "Je n'ai toujours pas tourné le moindre film numériquement. La pellicule est la chose avec laquelle je suis le plus à l'aise. Si la pellicule venait à disparaître – et le numérique force cette tendance – alors la norme pour la qualité la plus élevée et la plus haute disparaît", confiait-il début juin.

"Il y a quelque chose dans les films en argentique qui est infiniment plus puissant que le numérique", déclarait-il en 2011. Ce caractère particulier s'est ainsi retrouvé dans Super 8, avec un grain donnant du cachet à l'image. Or, l'argentique a progressivement disparu dans Star Wars. Si les épisodes de la trilogie originale l'ont nécessairement adopté, époque oblige, la prélogie a glissé vers le numérique.

Cela a commencé avec l'épisode I : la Menace Fantôme. L'essentiel du film a été tourné en 35 mm. Seules deux scènes ont été tournées en numérique : lorsque Qui-Gon Jinn prélève un échantillon sanguin sur Anakin Skywalker et lorsque Obi-Wan est élevé au rang de chevalier Jedi. Et la tendance s'est accentuée avec les deux autres épisodes.

Avec Star Wars, épisode II : l'Attaque des clones a été utilisée une caméra numérique haute-définition à balayage progressif conçu par Sony et Panasonic, fonctionnant à une cadence de 24 images par seconde. Contrairement à l'épisode I, la majorité des scènes impliquant des acteurs a été tournée avec cette caméra. Le dernier épisode a achevé cette transition.

Le film complet a été tourné avec la caméra haute définition Sony HDC-F950 HD, avec le format vidéo HDCAM SR, un format numérique haute définition en 16/9 natif conçu par Sony en 2003. Selon IMDB, George Lucas n'a plus l'intention de tourner un film sur pellicule. Cependant, le père de Star Wars n'a plus réalisé de films depuis 2005, le dernier en date étant l'épisode III.

On le voit, il y a un décalage entre la trajectoire des trois derniers films Star Wars et les aspirations artistiques de J. J. Abrams. En étant un peu réducteur, toute la question est de savoir quelle vision va l'emporter : une image impeccable, nette mais aseptisée ou bien un une image avec un grain, une cachet mais qui sera peut-être jugée par certains comme imparfaite.

Selon le site Boba Fett Fan Club, c'est la vision de J. J. Abrams qui aurait pris le dessus. Star Wars, épisode VII devrait donc être tourné avec une pellicule au format 35 mm. Il s'agirait de la Kodak Vision3 500T Color Negative Film 5219/7219 pour être tout à fait juste. Il faut donc s'attendre, si cela s'avère exact, à une image un peu différente de ce qui se faisait avec la prélogie.

Reste toutefois la vraie question : J. J. Abrams placera-t-il ses fameux lens flares dans Star Wars, épisode VII, dont l'utilisation parfois prononcée a été moquée par le public ?

( photo : CC BY-SA Runner1616 )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés