En Suède, le prestataire Payson a informé ses fournisseurs de services d'anonymisation en ligne, en particulier les fournisseurs de services VPN, qu'il ne pouvait plus accepter de paiements par cartes VISA ou MasterCard.

Même si nous rapportions hier soir que Wikileaks pouvait de nouveau bénéficier de paiements effectués à partir de cartes MasterCard, il ne faut pas y voir un changement de cap dans la politique des prestataires de paiement. TorrentFreak rapporte en effet que dans un tout autre domaine, MasterCard et VISA ont décidé de bannir les fournisseurs de VPN qui permettent d'anonymiser les connexions.

En Suède, le prestataire de paiements électroniques Payson a informé en fin de semaine dernière les fournisseurs de VPN qu'il n'avait plus le droit d'accepter de paiements réalisés avec des cartes MasterCard ou VISA, à cause d'un changement de politique imposé par les deux très puissantes institutions financières. "Payson a des restrictions contre l'anonymisation (y compris les services VPN). En conséquence, Payson ne peut malheureusement plus offrir à vos clients la possibilité de financer des paiements avec leurs cartes (VISA ou MasterCard)", a expliqué la plateforme suédoise par e-mail. La décision a été brutale, puisque mise en application au bout de 48 heures seulement.

Payson a confirmé par téléphone auprès de Torrentfreak que la décision avait bien été prise sur pressions de MasterCard et VISA, lesquelles ont pris pour habitude d'user de leur position de force pour bannir des services qui n'ont pourtant rien d'illégaux.

Parmi les victimes de cette nouvelle politique figurent Anonine, Mullvad, VPNTunnel, Privatvpn, et surtout le service IPredator fondé par Peter Sunde, l'ancien porte-parole de The Pirate Bay. Lequel s'en étrangle. "Cela veut dire que des entreprises américaines obligent des entreprises non-américaines à ne pas permettre aux gens de manifester leur vie vie privée et de rester anonyme, et donc que la NSA puisse les espionner encore plus", dénonce-t-il en plein scandale du programme PRISM.

Peter Sunde indique qu'il pourrait porter plainte, en s'inspirant de la victoire judiciaire obtenue par Wikileaks en Islande

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés