Pendant un mois et demi, les téléphones de Jean-François Copé, Brice Hortefeux et plusieurs membres de la famille Dassault ont été piratés. Les auteurs auraient réussi à accéder aux messages vocaux laissés sur les répondeurs. Cette affaire serait directement liée à la situation à la ville de Corbeil-Essonnes, où Serge Dassault est suspecté d'avoir acheté des voix pour assurer son élection à la mairie.

C'est le revers de la médaille de la notoriété. Plus un individu est connu, plus celui-ci risque d'être la cible d'actes malveillants. Si les célébrités de l'industrie du spectacle sont particulièrement touchées, les ténors du monde politique ne sont pas épargnés. Cette fois, ce sont les smartphones de Jean-François Copé, Brice Hortefeux et plusieurs membres de la famille Dassault qui ont été piratés.

C'est le Canard Enchaîné qui a révélé cette affaire. Cité par Europe 1, l'hebdomadaire satirique affirme que ce piratage a touché une quinzaine de personnes. Les pirates ont réussi à accéder aux répondeurs des victimes, leur permettant d'écouter à distance les messages vocaux. Interrogé par l'AFP, l'ancien ministre de l'intérieur Brice Hortefeux indique que le piratage a duré près d'un mois et demi.

Les raisons de ces écoutes illicites ne sont pas claires. Cependant, la présence importante de membres de la famille Dassault parmi les victimes laisse penser que ce piratage a un lien avec le système présumé d'achat de votes qui aurait été mis en place par Serge Dassault et Jean-Pierre Bechter, le maire actuel, à Corbeil-Essonnes. Une information judiciaire est d'ailleurs en cours.

L'affaire, rejetée en bloc par le clan Dassault et ses alliés, connaît depuis peu un développement plus grave. Selon le Journal du dimanche, une autre information judiciaire a été ouverte suite à des appels téléphoniques malveillants visant plusieurs membres de la famille Dassault, dont Olivier Dassault, député de l'Oise. Ces menaces seraient directement liées à la carrière politique de Serge Dassault.

Celui-ci est en effet suspecté d'avoir acheté des voix à Corbeil-Essonnes pour assurer sa triple élection à la mairie. Ce système aurait surtout été actif dans les quartiers populaires de la ville. Or, les menaces actuelles seraient la conséquence des promesses non tenues par le clan Dassault. Les coups de fil visaient à extorquer de l'argent. Depuis, des arrestations ont eu lieu, selon Le Monde.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés