Selon les chiffres de la SACEM britannique, la BPI (British Phonographic Industry), le piratage aurait augmenté de 50% en un an au Royaume Uni, ce qui fait monter les pertes estimées à â£27 millions, soit près de 42 millions d'euros.

Selon l’association, c’est la démocratisation des graveurs dans les foyers anglais qui est à l’origine de ce phénomène. 4 millions de copies pirates auraient été gravés en 2001, tandis qu’ils s’attendent à ce que 152 millions de CD vierges ne le soient plus en 2002.
Toutefois la BPI ose à peine crier au scandale. Curieux ? Pas si l’on constate qu’alors que tous les pays du monde ou presque ont vu leur volume de ventes baisser d’environ 5 %, celui du Royaume Uni a vu le sien augmenter d’autant. D’ici à mettre ces chiffres en relation avec les études qui tendaient à montrer que ceux qui pirataient des œuvres protégées étaient finalement de bons consommateurs, il n’y a qu’un pas.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés