GameStop continue sa guerre psychologique contre Sony et Microsoft, suspectés de vouloir tuer le marché de l'occasion. La PS4 et la Xbox 720 pourraient en effet bloquer les jeux d'occasion. GameStop, qui base une partie de son activité économique sur ce segment, s'efforce de convaincre les deux firmes que leur stratégie est néfaste pour tout le monde. Eux y compris.

Seul en piste avec sa Wii U, Nintendo sera bientôt rejoint par Sony et Microsoft. Les deux géants de l'électronique grand public doivent en effet dévoiler la PlayStation Orbis et la Xbox Durango dans les prochaines semaines. Très attendues par les joueurs, ces deux consoles de salon ultramodernes alarment pourtant les distributeurs de jeux vidéo.

En effet, des rumeurs persistantes avancent que la PS4 et la Xbox 720 bloqueront les jeux d'occasion en associant la clé d'un jeu au compte du joueur. Dès lors, il ne serait plus possible d'acheter ou de vendre le moindre titre, puisque sa clé aura déjà été utilisée. De plus, le prêt entre proches serait également affecté, puisqu'il n'y aurait pas de correspondance entre la clé du jeu et le compte du proche.

Ces rumeurs ne sont pour l'instant que des rumeurs. Rien n'a été confirmé, ni par Sony ni par Microsoft, même si l'existence d'un brevet déposé par la firme japonaise et les multiples confidences d'employés sous couvert d'anonymat donnent du corps à ces allégations. Et celles-ci sont manifestement assez crédibles pour que GameStop, important revendeur américain et propriétaire de Micromania, lance un avertissement.

Le revendeur pense que le blocage des jeux d'occasion dissuadera beaucoup de joueurs d'acheter la PS4 ou la Xbox 720. L'entreprise dit avoir réalisé une enquête dans son réseau de boutiques, mais sans en livrer la méthodologie ou les résultats. Tout juste a-t-il été indiqué que la majorité des sondés s'est déclarée hostile au blocage des jeux d'occasion.

Mais d'une conférence organisée par Goldman Sachs, que VG 24/7 a suivi, le directeur financier de GameStop s'est montré plus bavard. Rob Lloyd a ainsi indiqué que 60 % des joueurs n'achèteront pas la Xbox Durango ou la PlayStation Orbis si un système bloquant les jeux d'occasion est présent. Et Rob Lloyd indique qu'il a transmis ces informations aux fabricants de consoles.

Dans cette affaire, GameStop a un intérêt commercial à défendre. Les boutiques de jeux vidéo ne vivent pas seulement de la vente de consoles et de jeux neufs. Elles constituent aussi un réseau pour revendre ou acheter des jeux déjà utilisés. La disparition des jeux d'occasion et l'effet que cela aura sur les joueurs, qui hésiteront sans doute à acheter une nouvelle console, affecteront durement les distributeurs.

Voir GameStop s'engager autant dans ce sujet n'est absolument pas surprenant, quitte à ce que l'entreprise grossisse fortement le trait en évaluant que plus de la moitié des joueurs bouderont les nouvelles consoles de jeu. Il reste désormais à savoir si les rumeurs évoquées jusqu'à présent sont justes. La balle est dans le camp de Sony et Microsoft.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés