Deezer s'intéresse au marché américain. Alors que le service d'écoute concentrait jusqu'à présent ses efforts vers les pays dont le marché du streaming est peu dynamique, le PDG du groupe reconnaît qu'un partenaire est activement recherché outre-Atlantique. La stratégie consistant à éviter les USA et le Japon, marchés jugés trop difficiles, ne semble pas payer totalement au niveau du nombre d'abonnés.

Contrairement à Spotify, Deezer a fait le choix de se développer à l'international en visant d'abord les pays dont le marché des services d'écoute de musique à la demande reste à conquérir. La plateforme française de streaming a donc jusqu'à présent soigneusement évité deux pays : les États-Unis et le Japon. Deezer estime que ces pays croulent sous les offres et que s'imposer sur ces marchés sera très compliqué.

La concurrence outre-Atlantique est en effet très vive. En plus de Spotify, Deezer aurait à affronter des acteurs très puissants comme Amazon MP3, Grooveshark, iTunes, Last.fm, Pandora, Rhapsody ou encore Rdio. Pourtant, les États-Unis demeurent un marché très attractif : le streaming est entré dans les usages, sans doute bien plus que dans d'autres pays. Et puis la cible potentielle est constituée de millions d'internautes.

Mais si Deezer applique toujours sa stratégie initiale, le groupe a visiblement changé d'avis vis-à-vis des USA. En tout cas, ses intentions se clarifient. Dans un entretien accordé au Wall Street Journal, le PDG du groupe, Alex Dauchez explique qu'il est à la recherche d'un partenaire américain solide capable de lui apporter un nombre important de nouveaux abonnés, en échange de son service musical.

Les discussions en cours n'ont pas été engagées récemment. Alex Dauchez indique que des rencontres avec des opérateurs de premier plan et des grands éditeurs de services en ligne ont lieu depuis plusieurs mois. Mais le PDG note que les négociations sont compliquées, dans la mesure où mettre un pied aux USA est très difficile, vu l'intensité de la concurrence et les exigences de l'industrie du disque.

À entendre l'explication fournie par Alex Dauchez, l'Amérique n'a jamais été un objectif totalement écarté. Cependant, celui-ci n'avait jamais été vraiment mis en avant, le groupe préférant mettre l'accent sur son arrivée dans de nombreux autres pays. Mais cette confidence montre aussi que la plateforme reconnait un peu tardivement le caractère stratégique du marché américain, aussi difficile soit-il.

Deezer est aujourd'hui présent dans 160 pays mais demeure absent des États-Unis. Spotify, son rival le plus clairement identifié, est disponible dans 17 pays, dont les USA. Le premier compte 3 millions d'abonnés, le second 5 millions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés