L'UFC-Que Choisir vient de lancer une pétition sur la qualité d'accès à Internet. Si l'association tacle sévèrement Free pour ses problèmes d'interconnexion avec YouTube, elle n'oublie pas cependant les autres FAI et plus particulièrement Orange et SFR, également critiqués.

Véritable point d'achoppement entre YouTube et Free, le financement de l'interconnexion est une question qui demeure à ce jour toujours sans réponse. Les deux entreprises se renvoient la responsabilité, chacun accusant l'autre de ne pas investir suffisamment dans les infrastructures pour acheminer l'ensemble du trafic entre la plate-forme vidéo et les clients de Free.

Le blocage dure depuis plusieurs années et nombre d'internautes abonnés au fournisseur d'accès à Internet peuvent d'ailleurs en témoigner, au regard de la multitude de commentaires laissés sur les forums de discussion relatant des expériences malheureuses. Mais ce problème de l'interconnexion, s'il est particulièrement criant avec Free, existe aussi avec les autres opérateurs français.

C'est ce qui ressort d'un questionnaire sur la qualité d'accès à Internet soumis par l'UFC-Que Choisir. 16 254 avis ont été collectés et pour mesurer le niveau de satisfaction des internautes vis-à-vis de l'accès à internet fournir par leur FAI, et des éventuels problèmes rencontrés avec certains sites ou services en ligne. Selon l'association, la conclusion de l'enquête (.pdf) "est accablante".

"La qualité des connexions internet, décriée chez Free, pose problème chez presque tous les opérateurs", écrit l'UFC-Que Choisir. Si la palme du mécontentement revient à l'opérateur ("Free est l'opérateur le plus problématique" sur six services de streaming), l'association note qu'Orange et SFR ne s'en tirent pas non plus très bien. Pratiquement la moitié des sondés "se plaignent également de l’accès à YouTube".

L'UFC constate également une étrange particularité. Selon les témoignages recueillis au cours de l'enquête, il ressort qu'Orange "est le plus 'mauvais' sur l'accès à Dailymotion" alors qu'il "en est le plus proche", dans la mesure où l'opérateur a mis la main sur 49 % du capital de la plate-forme vidéo et compte d'ici l'an prochain prendre entièrement le contrôle du service.

Pour l'UFC, "l'ensemble de ses résultats démontre qu’il y a un bel et bien un problème de qualité des connexions internet. Et cela ne peut s’expliquer uniquement par des désaccords entre les opérateurs et les prestataires de services internet sur l’interconnexion. La diversité des plaintes pose en effet la question du dimensionnement de l’infrastructure et donc de l’investissement".

L'UFC a donc lancé une pétition qui vise à alerter les pouvoirs publics et les pousser à se mobiliser pour garantir une connexion Internet de qualité. Rappelons à ce sujet que l'association avait déjà demandé, en vain, au gouvernement d'intervenir pour contraindre Google, la maison-mère de YouTube, et Free de trouver une solution aux problèmes d'interconnexion et donc de fluidité entre les abonnés et le site de vidéos.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés