Samedi soir dans On n'est pas couché, la journaliste Natacha Polony a défendu la thèse qui fait un lien direct entre les crimes odieux commis par Mohammed Merah à Toulouse, et les jeux vidéo auxquels il jouait... comme des millions de jeunes adultes.

Quelle est la responsabilité d’une chroniqueuse qui intervient dans une émission TV regardée par 1,5 million de téléspectateurs, dont beaucoup de parents inquiets pour leurs enfants ? Samedi soir dans On n’est pas couché, la journaliste du Figaro Natacha Polony a osé faire un lien direct entre le massacre des enfants juifs (entre autres victimes) opéré par Mohammed Merah à Toulouse, et les jeux vidéo violents.

« Son profil à lui se retrouve d’ailleurs chez beaucoup d’autres criminels. C’est quand même des gens qui sont capables de s’enfermer pendant trois jours chez eux pour tuer virtuellement. Ca ne peut pas être anodin« , a-t-elle affirmé. « Ca peut favoriser le passage à l’acte chez des gens qui sont fragiles et dérangés« . Avant elle, la grande spécialiste Laure Manaudou avait fait le même lien, ainsi que le candidat à la présidentielle Jacques Cheminade, qui y voyait l’occasion rêvée de défendre son programme d’interdiction des jeux vidéo violents.

Mais rappelons qu’il existe de nombreuses études qui tendent à démontrer que les jeux vidéo n’ont soit aucun effet sur la violence des joueurs dans la réalité, soit même favorisent une extinction de la violence physique par un effet compensatoire cathartique. Il ne faut pas confondre les causes, les conséquences, ou la simple coïncidence. Il existe de très nombreux utilisateurs de jeux vidéo, et la probabilité qu’un tueur joue à des jeux vidéo est statistiquement forte.

C’est ce qu’a tenté de faire comprendre sur le plateau le réalisateur du film Les Kaïra, Franck Gastambide. « On est en train de parler d’une économie du jeu vidéo qui dépasse celle du cinéma. Le pourcentage de gens qui pourraient être perturbés par les jeux vidéo violents est tellement infime par rapport à ceux qui les utilise que je ne pense pas qu’il y ait une corrélation« , a-t-il défendu.

Il faut lire, sur ce sujet, la réponse enflammée de Marcus, journaliste à GameBlog :

Au-delà de cette brave Natacha, cette incompétence notoire est en grande partie due au principe même de ces émissions qui consistent à rassembler autour d’une table des chroniqueurs grassement payés pour donner leur avis  » éclairé  » chaque semaine sur une douzaine de films, de livres, de disques, de spectacles, ou plus grave, de faits d’actualités, dont ils ne connaissent que les petites fiches que leurs assistants stagiaires leur ont consciencieusement rédigées.
Du coup, faute de préparation, de travail ou simplement d’expérience personnelle, on balance comme on peut les pires clichés, et les a prioris entendus ici ou là.
Et là, ben pas de chance, ça tombe sur nous les amateurs de jeux vidéos, accusés pour la millième fois d’être des tueurs en série potentiels au cerveau lobotomisé par la pratique des jeux violents !
Si vraiment les jeux vidéos étaient à l’origine d’actes odieux comme ce qui s’est passé à Toulouse, avec plus de 28 Millions de joueurs en France, et même en admettant qu’une infime portion d’entre eux seulement passent à l’acte, on devrait logiquement subir une tuerie pareille tous les jours !
Je serai curieux de savoir sur quoi se base Natacha Polony pour affirmer des absurdités pareilles, démenties par la majorité des psychologues, chercheurs, médecins, ou psychiatres qui eux ont pris le temps d’étudier la question.
Je me doute que Natacha n’a jamais joué à un jeu vidéo de sa vie et que dans son entourage personne ne s’adonne à ce plaisir trivial, et, cerise sur le gâteau, personne ne sait vraiment si le tueur de Toulouse était amateur de jeux vidéos violents ou pas.
Si ce crétin était vraiment  » passé à l’acte  » sous l’influence de jeux vidéo, il n’aurait pas choisi le camp des terroristes, mais celui des bons américains qu’on nous présente en héros dans 99 % des jeux vidéos de guerre et il serait parti affronter comme dans 99 % des jeux vidéos des vilains terroristes, des vilains communistes, ou des vilains extra-terrestres.

« Chaque fois que l’on aborde ces questions là il y a des réactions épouvantables« , avait prévenu en préambule Natacha Polony, à raison. Mais il faudra peut-être qu’à l’avenir Natacha Polony s’interroge sur les motifs de ces réactions. Peut-être, sait-on jamais, est-ce parce qu’elle a tort de parler des jeux vidéo de cette manière, et que ceux qui réagissent « épouvantablement » ont raison ?

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos