Le téléchargement tue-t-il les artistes, comme l'affirme l'industrie de la musique ? Pour un chercheur américain, cela reste à démontrer. Auteur d'une étude sur l'impact du P2P sur les futures ventes d'albums non encore sortis dans le commerce, il a constaté que le succès commercial d'un CD augmente lorsqu'il est piraté avant sa sortie.

Les données avancées par l’industrie du divertissement pour mesurer l’impact du téléchargement illicite et justifier un renforcement de la lutte contre le piratage ont toujours été une source de polémique, en particulier l’équation classique laissant entendre qu’un téléchargement illégal équivaut forcément à une vente commerciale manquée, et par conséquent à une perte.

D’autres études soulignent en revanche que le téléchargement de musique ou de films favorise la découverte de nouveaux artistes et influe positivement sur le nombre de ventes. La dernière en date provient de l’université de Caroline du Nord, aux États-Unis. Réalisée par Robert Hammond et rapportée par Digital Trends, elle constate que BitTorrent améliore le succès commercial des albums pas encore sortis.

Une amélioration qui est toutefois modeste, en comparaison avec les autres modes de diffusion (radio, TV). Selon les conclusions du chercheur, la publication avant l’heure d’un nouvel album sur les réseaux P2P permet de vendre 60 exemplaires supplémentaires. Dérisoire diront certains. Encourageant diront les autres. Reste qu’il s’agit bel et bien d’une amélioration des ventes, aussi ténue soit-elle.

L’étude de Robert Hammond a également mis en exergue le rôle important de la radio dans la vente d’albums. En moyenne, la diffusion d’un titre sur les ondes entraîne une hausse des ventes de 4135 albums. Et lors des Grammy Awards, les compteurs peuvent exploser. « The Suburbs » d’Arcade Fire a atteint 6000 ventes supplémentaire, tandis que « 21 » d’Adele a enregistré 730 000 ventes supplémentaires.

Qu’en conclure ? Que le peer-to-peer peut aussi être un vecteur de promotion pour les artistes, même si sa portée semble bien moindre que la radio, la télévision ou les grands évènements culturels. Et que l’échange de fichiers de musique sur BitTorrent peut aussi favoriser la vente d’albums de musique, sous forme numérique ou en CD.

L’étude de l’universitaire comporte toutefois deux bémols. Tout d’abord, Robert Hammond précise que l’effet positif du téléchargement sur les ventes n’a visiblement été constaté que sur des artistes déjà bien installés dans le paysage médiatique. Les jeunes artistes ou ceux évoluant à distance des majors semblent ne pas en profiter. Toutefois, le P2P peut leur donner une visibilité qu’ils n’ont pas avec d’autres médias.

Robert Hammond souligne aussi que son travail s’est porté avant tout sur le rôle du téléchargement – et des autres médias – sur les ventes d’albums qui ne sont pas encore sortis dans le commerce. Autrement dit, le chercheur ne s’est pas intéressé sur le rôle du P2P sur l’ensemble de la musique. Mais d’autres études s’en sont chargées à sa place.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés