Des membres d'Anonymous veulent finir l'année en lançant de nouvelles attaques informatiques. Pour cela, ils comptent s'apuyer sur les dizaines de milliers d'informations recueillies suite au piratage de Stratfor, une entreprise spécialisée dans le renseignement.

Alors que de nombreuses personnes seront ce soir en famille ou entre amis pour célébrer le Nouvel An, quelques internautes se revendiquant de la mouvance Anonymous seront assis devant leur ordinateur, occupés à lancer des attaques informatiques contre diverses cibles. C’est en tout cas ce que certains promettent, dans un bref message laissé sur Pastebin.

À en croire le communiqué, les attaques vont essentiellement se concentrer aux États-Unis. Ce sont les forces de l’ordre et les principales émanations du pouvoir qui seront visées en priorité, ce qui inclut le personnel politique et les agences gouvernementales. Ces attaques sont visiblement la conséquence du piratage survenu la semaine dernière de Stratfor, une société privée spécialisée dans le renseignement.

Les données en possession de ces Anonymous, rebaptisés pour l’occasion en AntiSec, sont aussi diverses que variées. On retrouve notamment des informations liées à l’état civil (nom, prénom), des numéros de carte de crédit et des mots de passe. Au total, AntiSec aurait mis la main sur plus de 75 000 informations de ce type suite au piratage de Stratfor.

Anonymous aurait également mis la main sur près de 860 000 profils de personnes inscrites sur le site de Stratfor, dont 50 000 adresses électroniques liées à l’administration américaine (.gov) ou à la défense des États-Unis (.mil). Selon Anonymous, toutes ces données n’étaient pas chiffrées, ce qui a grandement facilité leur action et jette un voile sur la capacité de Stratfor à protéger les informations de ses clients.

Toute la question est de savoir ce que feront les Anonymous de ces informations et quelles seront les cibles de leurs attaques informatiques, si elles surviennent. Ces derniers mois, le groupuscule s’est attaqué à des cibles très différentes les unes des autres, allant des entreprises de jeux vidéo à des cartels de drogue au Mexique, en passant par des réseaux de pédopornographes et les révolutions arabes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés