L'hébergeur américain Go Daddy a été accusé ce week-end d'obstruer le départ de ses clients vers des services concurrents. Go Daddy a en effet été confronté la semaine dernière à une révolte importante de ses clients, mécontents de constater que leur fournisseur a soutenu SOPA, une loi très controversée aux États-Unis. Go Daddy est depuis revenu sur sa position.

La semaine dernière, un vent de défiance s’est levé aux États-Unis contre Go Daddy. Critiqué pour avoir apporté son soutien au projet de loi anti-piratage SOPA (Stop Online Piracy Act), l’hébergeur américain a été confronté à une vague de départs sans précédent de ses clients vers la concurrence. Plus de 72 000 noms de domaine ont ainsi demandé leur transfert vers d’autres services, avec un pic samedi dernier (plus de 21 000).

Au cours de cette fronde, des entrepreneurs de premier plan, comme Jimmy Wales (Wikimedia, Wikia) ou Ben Huh (réseau Cheezburger) se sont également mobilisés contre la position de Go Daddy. Après une vaine tentative d’expliquer sa position, Go Daddy a fini par faire marche arrière sur ce sujet. Dans un communiqué, l’hébergeur a annoncé retirer son soutien au projet de loi SOPA.

Quatre jours après le revirement de Go Daddy sur SOPA, tout n’est cependant pas réglé. En effet, CNET se fait l’écho d’accusations adressées à l’hébergeur américain. Ce dernier est suspecté d’obstruer la procédure permettant à un client de quitter Go Daddy vers un service concurrent. C’est en tout cas ce qu’affirme Name Cheap, qui s’était illustré auparavant en s’opposant au projet de loi SOPA.

« Go Daddy semble fournir des informations WHOIS incomplètes à Name Cheap, retardant le processus de transfert. Cette pratique est contraire aux règles de l’ICANN » pouvait-on notamment lire sur le blog officiel de l’hébergeur américain. Un blocage qui s’est néanmoins résorbé au cours de la journée, selon les informations communiquées plus tard par Name Cheap.

« Go Daddy a confirmé qu’ils avaient finalement débloqué nos requêtes. La file d’attente de transfert se réduit et toutes les demandes devraient maintenant se dérouler normalement » a déclaré Name Cheap. De son côté, Go Daddy avait assuré à qu’aucune restriction n’avait été décidée, expliquant qu’une limite technique n’est pas une pratique inhabituelle chez les registres, afin d’éviter les abus au niveau du WHOIS.

Les concurrents de Go Daddy avaient en tout cas su profiter de cette mobilisation pour proposer des coupons de réduction afin d’encourager les clients à partir. Name Cheap a ainsi mis en place une offre promotionnelle spéciale avec un coupon « SOPASUCKS », réduisant le coût du transfert vers Name Cheap et offrant un dollar à l’Electronic Frontier Foundation.

Name Cheap avait poposé auparavant un autre coupon, intitulé « BYEBYEGD », tandis que Name.com avait mis en place une offre « NODADDY ». Enfin, HostGator a de son côté proposé le bon de réduction « NOSOPA » aux clients prêts à migrer.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés