Publié par Julien L., le Mercredi 07 Décembre 2011

L'April va interroger les candidats à la présidentielle sur le logiciel libre

À l'occasion des élections présidentielles de 2012, l'April prépare un questionnaire à l'attention des candidats. L'association en charge de la défense et de la promotion du logiciel libre veut pousser les prétendants à se positionner sur différents sujets en lien avec les libertés numériques.


Dans quelques mois, les électeurs français seront appelés à désigner le prochain président de la République. Alors que les candidatures se sont multipliées ces dernières semaines, l'association de promotion et de défense du logiciel libre (April) a décidé de réactiver l'initiative Candidats.fr. Le but ? Interroger les prétendants sur leurs intentions en matière de logiciels libres et de libertés numériques.

Plusieurs thèmes seront soumis aux candidats à la présidentielle, par le biais d'un questionnaire. Cela va de l'état actuel du droit d'auteur en France aux verrous numériques (DRM - Digital Rights Management), en passant par les brevets logiciels, l'interopérabilité, la vente liée et l'éducation des plus jeunes. Variés et complexes, ces sujets permettront de pousser le candidat à ce positionner avant les élections.

Tous les candidats ne répondront évidemment pas favorablement à l'initiative de l'April. Lors des élections présidentielles de 2007, l'April avait toutefois obtenu une réponse de huit des douze candidats sélectionnés pour le premier tour. Il s'agissait de François Bayrou, Olivier Besancenot, José Bové, Marie-George Buffet, Jean-Marie Le Pen, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et Dominique Voynet.

Pour l'heure, l'April indique avoir repris le questionnaire de 2007 afin de le mettre à jour. Car depuis quatre ans, le paysage numérique a fortement évolué : il y a bien sûr eu les votes des lois Hadopi et Loppsi, qui ont fortement clivé les positions des uns et des autres. Citons également le développement du mouvement des données ouvertes (open data) ou le développement de systèmes ultra fermés (comme Apple).

D'autres sujets pourraient également être abordés par l'April, même si certains ne sont pas directement liés aux libertés numériques ou aux logiciels libres. Citons l'enjeu de la neutralité du net, l'arrivée des téléviseurs connectés qui font entrer le CSA dans la danse de la régulation du net, le développement du très haut débit (filaire et 4G), le poids pris par Google, l'explosion des réseaux sociaux ou encore le développement de l'informatique en nuage (cloud computing).

L'April indique que le questionnaire sera finalisé au début de l'année prochaine. L'initiative lancée par l'April a démarré en 2007, avec l'élection présidentielle et les législatives qui ont suivi. Elle s'est renouvelée lors des municipales et des cantonales (2008), des européennes (2009), des régionales (2010) et des cantonales (2011).

Publié par Julien L., le 7 Décembre 2011 à 12h10
 
16
Commentaires à propos de «L'April va interroger les candidats à la présidentielle sur le logiciel libre»
Inscrit le 16/09/2011
18 messages publiés
Très bonne initiative.
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
surtout, rendrait les retournements de veste (si chers à Hollande) plus difficile.

Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Il suffit de relire la réponse de Sarkozy en 2007
http://www.candidats...ire-candidatsfr
Inscrit le 05/10/2011
2602 messages publiés
zig, le 07/12/2011 - 13:27

surtout, rendrait les retournements de veste (si chers à Hollande) plus difficile.

Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Ça c'est la phrase que les connards utilisent, pour se persuader que les connards, c'est ceux qui ont cru leurs mensonges.
Élever le mensonge au rang d'art, tout un programme...
Inscrit le 22/12/2009
458 messages publiés
milord, le 07/12/2011 - 13:33

zig, le 07/12/2011 - 13:27

Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Ça c'est la phrase que les connards utilisent, pour se persuader que les connards, c'est ceux qui ont cru leurs mensonges.
Élever le mensonge au rang d'art, tout un programme...

exact phrase à la con...
--< en quoi croire les propos d'une personne dédouane cette personne de ses propres propos...
véritable expression conne..
Inscrit le 20/09/2009
5723 messages publiés
Exact, mais ça illustre bien comment Sarkozy s'est foutu de la gueule de ses électeurs, surtout en ce qui concerne les class-actions, les ventes liées, la DGCCRF, etc...

Des promesses, et rien derrière, excepté qu'on chie sur la Constitution via un PUR FAIL.
[message édité par MdMax le 07/12/2011 à 13:36 ]
Inscrit le 18/06/2011
871 messages publiés
de l'informatique en nuage (cloud computing.

Fail!

edit: Je suis allé voir dans mes messages postés et je suis allé voir voir tout les Fails que j'ai dit: Aucun n'a été corrigé!!
[message édité par Nyn le 07/12/2011 à 13:46 ]
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
milord, le 07/12/2011 - 13:33
zig, le 07/12/2011 - 13:27

surtout, rendrait les retournements de veste (si chers à Hollande) plus difficile.

Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Ça c'est la phrase que les connards utilisent, pour se persuader que les connards, c'est ceux qui ont cru leurs mensonges.
Élever le mensonge au rang d'art, tout un programme...


Je te demanderais de bien vouloir rester poli et participer au débat sans te croire obligé d'insulter les autres participants. Tout ce que ces documents indiquent, c'est le discours électoral du candidat, c'est-à-dire le discours chargé de séduire le maximum d'électeurs. Il n'y a pas besoin de s'énerver pour ça, ni de tomber dans la vulgarité.

Et sinon, je suis heureux de rencontrer une personne qui a toujours respecté ses promesses. Et qui n'a jamais menti pour s'attirer les bonnes grâces de quelqu'un ou pour éviter une sanction.
Hosannah ! Nous avons un saint chez Numerama.

Exact, mais ça illustre bien comment Sarkozy s'est foutu de la gueule de ses électeurs, surtout en ce qui concerne les class-actions, les ventes liées, la DGCCRF, etc...

Des promesses, et rien derrière, excepté qu'on chie sur la Constitution via un PUR FAIL.

Le problème, c'est que comme les autres n'ont pas été élus, on ne sait pas s'ils auraient tenu ou pas leurs promesses.
Inscrit le 05/10/2011
2602 messages publiés
zig, le 07/12/2011 - 13:56

milord, le 07/12/2011 - 13:33
zig, le 07/12/2011 - 13:27

surtout, rendrait les retournements de veste (si chers à Hollande) plus difficile.

Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Ça c'est la phrase que les connards utilisent, pour se persuader que les connards, c'est ceux qui ont cru leurs mensonges.
Élever le mensonge au rang d'art, tout un programme...


Je te demanderais de bien vouloir rester poli et participer au débat sans te croire obligé d'insulter les autres participants.

Je pensais que tu citais la phrase pour illustrer l'esprit des politiques, pas que tu la reprenais à ton compte. Donc l'insulte ne s'adressait pas à toi, mais à ceux qui utilisent cette phrase pour excuser leurs mensonges.
Si ce n'est pas le cas, ben je maintiens ce que j'ai dit. Si c'est le cas aussi, remarque.
Inscrit le 11/03/2009
3532 messages publiés
C'est vraiment symbolique d'envoyer ce questionnaire à sarko , lui qui a donné la légion d'honneur à balmer ,lui qui inaugure des boites US , lui qui s'est acheté un i-neuneu si c'est pas une réponse ça

mais tres bonne initiative de L'APRIL en tout cas
Inscrit le 26/02/2009
517 messages publiés
zig, le 07/12/2011 - 13:27
surtout, rendrait les retournements de veste (si chers à Hollande) plus difficile.

Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Il suffit de relire la réponse de Sarkozy en 2007
http://www.candidats...ire-candidatsfr


euh :

"Mon choix a toujours été de défendre la propriété intellectuelle. Il ne changera pas."

"Je ne reviendrai pas sur la loi DADVSI sur laquelle j'ai eu l'occasion de m'exprimer à de multiples reprises pendant la campagne. Je suis opposé aux orientations induites par vos questions et le bilan prévu à la fin 2007 sera l'occasion de faire un état des lieux de sa mise en oeuvre. C'est ce que j'avais appelé la "clause de revoyure" au cours de la table-ronde que j'avais organisée en janvier 2006 et à laquelle votre association a participé. Je tiens cependant à préciser qu'il s'agit d'une loi sur le droit d'auteur et les droits voisins, et non sur l'informatique et le développement logiciel, même si je n'ignore pas, bien entendu, que ses termes impactent le droit de l'informatique et du logiciel, comme c'est le cas pour un nombre croissant de lois.

C'est pourquoi je propose d'engager un travail d'examen de l'ensemble des dispositions législatives et réglementaires en vigueur sur le sujet. Ce travail permettrait de mettre en évidence les éventuelles incohérences ou contradictions existantes, et d'y remédier."


Même si je trouve que ça politique numérique ressemble plus a un combat d'un autre temps, sur ce point, il est resté conforme à ses réponses.
[message édité par Fitz le 07/12/2011 à 14:37 ]
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Simple :

- PS : novlangue vide, discours creux, ménagera la chèvre et le chou, "du libre oui c'est tellement bien, mais attention aux équilibres existants, il faut une politique volontariste tout ça tout ça".

-EE-LV : même novlangue vide, discours creux, peut-être un peu plus pushy que le PS, un peu moins hypocrite.

- UMP : hypocrisie à fond comme d'habitude : "le libre c'est un élément d'avenir", "politique volontariste", "on a lancé l'Opendata", etc... mais dans les faits, on continuera à privilégier uniquement les copains, qu'ils fassent du (faux) libre ou du propriétaire. Comme le PS, mais encore plus menteur et encore plus assumé.

- FN : prêt à dire tout et n'importe quoi de toutes façons, empruntera donc son discours aux autres. Pas sûr qu'ils en comprennent même l'enjeu. "Un logiciel libre, ça veut dire sans frontière, c'est ça ?"

- FG : je pense que leur cellule numérique est au point, et je suis presque sûr qu'ils feront les réponses les plus pertinentes. Quant à savoir si Mélenchon se sentira tenu...
[message édité par U. Harkogansk-Malatesta le 07/12/2011 à 15:54 ]
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés

"C'est pourquoi je propose d'engager un travail d'examen de l'ensemble des dispositions législatives et réglementaires en vigueur sur le sujet. Ce travail permettrait de mettre en évidence les éventuelles incohérences ou contradictions existantes, et d'y remédier."


Quand un politique, qu'il soit de droite ou de gauche, commence par proposer un audit de l'existant, j'ai envie de lui arracher la tête et de lui chier dans le cou.

Il n'est pas au courant de l'existant ? Son parti politique attend d'arriver au pouvoir pour prendre connaissance de l'existant ? Comment avoir la moindre idée sur un sujet si on ne connaît pas l'existant ? Il est urgent d'attendre, en gros ?
[message édité par U. Harkogansk-Malatesta le 07/12/2011 à 15:53 ]
Inscrit le 26/09/2011
33 messages publiés
milord, le 07/12/2011 - 13:33

Ça c'est la phrase que les connards utilisent, pour se persuader que les connards, c'est ceux qui ont cru leurs mensonges.

Pas mieux.

EE-LV : même novlangue vide, discours creux, peut-être un peu plus pushy que le PS, un peu moins hypocrite.

J'ai vu une interview d'Eva Joly et j'ai trouvé son discours au contraire très concret et je dirais "rafraichissant" pour un politique. Maintenant, je ne sais pas ce qu'elle pense des logiciels libres.
Inscrit le 20/09/2009
5723 messages publiés
encoreperdumonlogin, le 07/12/2011 - 15:58
J'ai vu une interview d'Eva Joly et j'ai trouvé son discours au contraire très concret et je dirais "rafraichissant" pour un politique. Maintenant, je ne sais pas ce qu'elle pense des logiciels libres.


J'ignore également ce qu'elle pense des logiciels libres, mais ce sont les candidats de son parti (aux élections législatives, cantonales, européennes) qui sont généralement les plus nombreux et rapides pour signer le pacte du logiciel libre:

Pour l'instant, dix-neuf candidats ont apposé leur signature. Douze sont membres du groupe Europe Ecologie - Les Verts, trois appartiennent au Parti socialiste et les quatre derniers se répartissent entre Europe Liberté, le Mouvement démocrate, le Nouveau parti anticapitaliste et le Parti de gauche. Cependant, seuls cinq politiques ont des propositions en matière de logiciel libre.


http://www.numerama....-libre-maj.html
Inscrit le 27/10/2010
208 messages publiés
Et alors ?

Les candidats répondront... ou pas. Dans un cas comme dans l'autre ça ne représentera aucune garantie sur leur(s) quelconque(s) engagement(s).

Tous autant qu'ils sont ne reculerons devant aucun mensonge, faut cesser de croire qu'un politicien se sente obligé de tenir ses promesses électorales.

Un peu de mémoire, bordel !
Inscrit le 22/12/2009
458 messages publiés
zig, le 07/12/2011 - 13:56

Exact, mais ça illustre bien comment Sarkozy s'est foutu de la gueule de ses électeurs, surtout en ce qui concerne les class-actions, les ventes liées, la DGCCRF, etc...

Des promesses, et rien derrière, excepté qu'on chie sur la Constitution via un PUR FAIL.

Le problème, c'est que comme les autres n'ont pas été élus, on ne sait pas s'ils auraient tenu ou pas leurs promesses.

exemple typique de l'argument style "bottage en touche" ... désopilant...
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Décembre 2011
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8