Les concurrents d'Apple n'ont visiblement pas beaucoup apprécié la démonstration d'Apple lors de sa conférence de presse vendredi dernier. Mécontents d'être associés aux difficultés d'Apple, RIM, HTC et Nokia ont réagi chacun de leur côté pour rejeter la tactique d'Apple. Chacun ses problèmes, en somme.

Vendredi dernier, Apple organisait une conférence de presse exceptionnelle pour contrer la polémique grandissante autour de l’antenne de l’iPhone 4. Car depuis son lancement officiel le 24 juin dernier, le dernier-né de la gamme téléphonique est suspecté d’avoir une faiblesse au niveau de la conception de l’antenne, au point d’entrainer une chute notable des performances du mobile dans certaines situations.

Pour se défendre, la firme de Cupertino avait cru bon de renverser le débat en élargissant le problème à tout le secteur de la téléphonie mobile. Selon Steve Jobs, qui était monté au front pour défendre Apple, les problèmes liés à la communication sans fil ne concernent pas uniquement Apple, mais bien tous les acteurs du marché. Et pour appuyer ses dires, l’entreprise avait alors dévoilé quelques tests montrant des performances en baisse chez RIM (Blackberry), HTC ou encore Samsung.

Or, cette tactique a été appréciée que très modérément par la concurrence. En effet, ces derniers n’avaient aucune envie d’être liés d’une façon ou d’une autre aux difficultés – réels ou supposés – d’Apple. C’est notamment le cas de RIM, le fabricant du Blackberry, qui s’est fendu d’un communiqué pour fustiger le comportement d’Apple.

« La tentative d’Apple d’entraîner RIM dans la débâcle où il s’est mis lui-même est inacceptable. Les allégations d’Apple à propos des produits de RIM relèvent d’une tentative délibérée pour fausser la façon dont le public perçoit la question de la conception de l’antenne et détourner son attention de la situation difficile dans laquelle se trouve Apple » ont réagi Mike Lazaridis et Jim Balsillie.

Et de poursuivre un peu plus loin en affirmant que « les clients de RIM n’ont pas besoin de placer leur smartphone BlackBerry dans un étui pour conserver une bonne connectivité. Apple a clairement fait certains choix de design et devrait en assumer la responsabilité au lieu d’essayer d’impliquer RIM et d’autres dans une situation qui ne concerne qu’Apple« .

Même son de cloche chez Samsung ou encore Nokia, même si l’entreprise finlandaise a usé d’un ton moins virulent que son homologue canadien. En effet, Nokia avait été montré du doigt par la firme de Cupertino pour avoir collé des stickers d’avertissement sur les téléphones de la marque. Un faux débat pour Nokia, qui a rappelé dans un communiqué que l’entreprise fut la première au monde à intégrer l’antenne dans le téléphone. Nous étions alors en 1998, avec le Nokia 8810.

Du côté de HTC, l’accent a été mis sur les chiffres avancés par Apple. Lors de sa conférence de presse, Apple avait affirmé que seuls 0,55 % des possesseurs d’iPhone avaient contacté la firme pour évoquer un problème de réception. Un pourcentage certes faible, mais qui ne ferait pas le poids face au pourcentage lié à l’HTC Droid Eris, selon un représentant du fabricant taïwanais.

En effet, Eric Lin a affirmé que les signalements concernant un problème de réception ne concernent que « approximativement 0,016 % des clients » ayant acheté un HTC Droid Eris. « Nous avons très peu de plaintes à propos de problèmes de signal ou d’antenne sur l’Eris« .

( image : Engadget )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés