Le blocage s'assouplit du côté de SourceForge. Après avoir filtré unilatéralement les internautes en fonction de leur provenance géographique, la forge logicielle a décidé de laisser cette décision à chaque administrateur de projet. Un moindre mal pour une plate-forme de portée internationale.

Bonne nouvelle pour tous les internautes amoureux de la célèbre forge logicielle. Après avoir suivi pendant un temps les recommandations de l’organisme américaine OFAC (Office of Foreign Assets Control), SourceForge a finalement décidé de faire marche arrière et de ne plus filtrer les internautes en fonction de leur provenance. Cette décision avait été particulièrement critiquée par les internautes, puisqu’elle plaçait la plate-forme sur un terrain politique.

En effet, l’OFAC maintient une liste de pays sous sanctions commerciales américaines, ce qui inclut des États comme Cuba, l’Iran, la Corée du Nord, la Syrie ou encore le Soudan. Avant hier, les responsables de la forge ont donc publié un billet de blog annonçant la fin de cette mesure, laissant les administrateurs de chaque projet décider si oui ou non il est judicieux de suivre la liste éditée par l’organisme américain.

« Notre décision a provoqué une vive réaction de la part des internautes touchés par cette restriction, mais également de la part de la communauté au sens large » a expliqué Lee Schlesinger. « Mais avant même vos protestations, nous cherchions déjà des solutions alternatives plus acceptables – et nous pensons en avoir trouvé une« . Et celle-ci est effective depuis dimanche dernier.

Désormais, comme indiqué plus haut, chaque administrateur peut décider si des internautes provenant de pays « à risque » peuvent accéder à un projet ou à un logiciel. Cette décision, si elle reste encore très critiquable, aura au moins le mérite de ne pas rejeter systématiquement les internautes de ces États.

« Nous sommes conscients que ce changement de politique n’est pas l’accès entièrement libre que tout le monde souhaiterait voir » explique le Lee Schlesinger. Mais « en tant que société responsable du site web, SourceForce reste détemrinée à se conformer pleinement à toutes les lois et règlements américains, y compris celles touchant à la distribution de logiciels« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés