Le directeur du lobby anti-piratage néerlandais, Tim Kuik, a fait savoir qu'il était l'objet de menaces de mort. La dernière en date l'a prévenu qu'il serait tué le 3 septembre prochain. Une menace à laquelle ne croit pas l'ancien porte-parole de The Pirate Bay, qui y voit une manipulation médiatique.

Tim Kuik ne sera plus de ce monde après le 3 septembre prochain. C’est en tout cas la désagréable promesse qu’il dit avoir reçue par un e-mail anonyme. Directeur du BREIN, l’organisation anti-piratage néerlandaise, Kuik a enregistré plusieurs victoires contre le P2P nordique, et mène une lutte acharnée contre The Pirate Bay qu’ils cherchent à faire bloquer par les FAI néerlandais. L’organisation, qui est poursuivie en diffamation par les anciens administrateurs du site suédois, fait régulièrement fermer des sites de liens BitTorrent aux Pays-Bas, et est aussi en procès contre Mininova.

La menace de mort reçue par Tim Kuik assure qu’il sera tué le 3 septembre prochain. Le directeur du BREIN dit que ça n’est pas la première fois qu’il reçoit de telles menaces, et qu’il les a toujours notifiées à la police. Si ça n’est pas la première fois, pourquoi rendre celle-ci publique ?

« Je ne crois même pas que ça soit vrai« , estime sur Twitter l’ancien porte-parole de The Pirate Bay, Peter Sunde. « Il essaye juste de se mettre dans une situation où il est victime et martyr« .

Tim Kuik met en parallèle les menaces de mort avec les attaques DDOS dont fait régulièrement l’objet le site du BREIN, et qui se sont accentuées avec le procès mené pour le blocage de The Pirate Bay. Rendu inaccessible, le site sera de nouveau bientôt en ligne, a assuré Kuik. « Personne ne peut nous arrêter« .

En novembre 2008, nous avions rapporté la mort de Kasim Cha Tong, ancien directeur des campagnes anti-piratage de l’IFPI et ancien directeur de la Motion Picture Association (MPA) en Thaïlande. L’homme avait été tué par balle, et la police soupçonnait un lien avec ses activités de lutte contre les réseaux clandestins de piratage industriel de CD contre lesquels il luttait dans les années 1980. Par ailleurs Lucky et Flo, deux chiens renifleurs de CD piratés, utilisés par la douane, ont eux-même fait l’objet de menaces de mort et sont aujourd’hui sous protection, tandis qu’un troisième chien est mort dans des circonstances inexpliquées.

Mais si des mafias qui veulent préserver leur marché de vente de CD et DVD piratés ont un intérêt direct à recourir aux méthodes les plus extrêmes, les utilisateurs de The Pirate Bay ou Mininova ne devraient pas aller jusque là… De plus, quelle meilleure manière de rater son coup que d’annoncer la date par avance ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés