Une équipe française lance le bêta-test d'Ipodah.net, un service d'anonymisation des communications par réseau virtuel privé (VPN), directement inspiré du service Ipredator lancé en Suède par The Pirate Bay.

Mise à jour 16h21 : contacté par Numerama, l’équipe d’Ipodah nous indique que « derrière IPODAH se cache une petite société Française (Ajova Network SARL) enregistrée au registre du commerce de Nice« . « Il n’y a aucun lien pour le moment entre la plateforme d’hébergement Ajova et IPODAH car nous réfléchissons à monter le service à Amsterdam pour échapper aux lois Françaises« , précise-t-elle. Elle nous indique en outre que « la tournure du projet dépendra grandement de l’adoption ou non d’HADOPI« .

Avec l’entrée en vigueur de la loi IPRED en Suède, qui donne aux ayants droit l’autorisation de collecter les adresses IP des internautes qui téléchargent des œuvres protégées par le droit d’auteur, The Pirate Bay avait annoncé le lancement d’IPREDATOR. Le service, qui compte déjà plus de 100.000 inscrits, permet contre 5 euros par mois de naviguer ou de télécharger en toute discrétion, grâce à un réseau virtuel privé qui ne garde aucune trace des connexions.

Sans surprise, la formule faits des émules en France. Un nouveau projet baptisé Ipodah vient ainsi de voir le jour. « IPODAH est un service permettant de surfer de manière sécurisée et anonyme sur Internet en
utilisant un VPN. Les communications entre votre PC et le réseau IPODAH sont chiffrées en 128
bits et l’adresse IP (identifiant de manière unique votre PC) est remplacée par une adresse anonyme
« , expliquent ses créateurs. Ils précisent qu’à l’instar du service de The Pirate Bay, Ipodah ne conserve aucune trace des échanges de données sur le réseau.

« Nous sommes en cours de lancement de la phase de bêta tests. Les internautes peuvent nous aider en demandant un compte de test gratuit sur le site. Nous attendons beaucoup de la communauté Internet en France et sommes ouverts à vos remarques« , nous indique l’équipe d’Ipodah.

Si elle précise que cette phase de test « débouchera dans les prochains mois sur une offre commerciale« , l’équipe ne souhaite pas pour le moment en communiquer le prix. « Il est certain qu’il sera bien inférieur à celui d’une connexion ADSL classique« , préviennent-ils toutefois.

Reste un problème : nous ne savons pas qui est derrière Ipodah. Or sur ce genre de service, tout est une question de confiance. Si l’activité au sein du VPN reste anonyme de l’extérieur, celui qui contrôle le VPN peut en principe monitorer toutes les activités.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés