La fondation Mozilla profite du lancement de la campagne de dons lancée par le projet Tor pour annoncer qu'elle doublera la somme que ce dernier récoltera.

Il existe une bonne entente entre la fondation Mozilla et le projet Tor. On se souvient par exemple qu’au mois de novembre 2014, l’éditeur du navigateur web Firefox et du client de messagerie Thunderbird a accepté d’héberger de nouveaux relais Tor sur des serveurs de haute capacité, ce qu’il a fait effectivement quelques mois plus tard. Il était alors annoncé qu’il s’agissait de points de passage situés aux États-Unis.

« Les ingénieurs de Mozilla et de Tor collaborent régulièrement sur le navigateur Tor et sur l’importation (et l’amélioration substantielle) des correctifs de confidentialité de Tor dans Firefox. Tous les correctifs d’isolement de Tor et la plupart de nos correctifs contre le ‘fingerprinting’ sont maintenant dans Firefox et les tous derniers sont en train d’arriver », rappellent par exemple les membres du projet.

Le réseau Tor fait transiter la connexion par plusieurs points (relais).

« Les ingénieurs de Mozilla ont aidé les développeurs Tor à apprendre le langage de programmation Rust. Mozilla soutient nos recherches et nous a accordé l’une de ses premières subventions MOSS [Mozilla Open Source Support] pour améliorer la sécurité et l’intégrité des métriques du projet Tor », se félicitent-ils. Dès lors, il ne faut pas s’étonner de la dernière initiative en date.

En effet, Mozilla a prévu de doubler les sommes que récoltera Tor dans le cadre de sa campagne d’appel aux dons annuelle, qui a démarré fin octobre. En clair, si une personne donne un dollar au projet, Mozilla donne aussi un dollar. Si c’est dix dollars, alors l’organisation verse dix. Et ainsi de suite. Avec toutefois une limite : la fondation n’ira pas au-delà de 500 000 dollars.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le compteur indique que 330 individus ont déjà donné, pour un total de 40 050 dollars. Cela représente quand même une moyenne d’un peu plus de 120 dollars par individu.

Partager sur les réseaux sociaux