Selon le New York Post, le géant américain Verizon ferait pression sur Yahoo pour réduire d'un milliard de dollars le prix convenu en juillet dernier pour son acquisition, après deux scandales consécutifs liés à la protection des données personnelles des utilisateurs.

Mercredi, nous faisions remarquer que l’action de Yahoo n’avait pas souffert de la révélation de l’espionnage des e-mails de ses clients pour le compte du FBI. Le titre avait même continué à grimper, comme si rien ne pouvait atteindre Yahoo, et surtout comme si les investisseurs se disaient que les internautes n’en avaient finalement rien à faire du respect de leur vie privée. Déjà cet été, l’action de Yahoo avait continué à monter malgré les premières suspicions de piratage de comptes apparues en juillet dernier, et la confirmation en septembre du piratage de 500 millions d’identifiants Yahoo, qui remontait à 2014.

Mais les actionnaires ont peut-être fait preuve d’un peu trop d’optimisme, si l’on en croit les révélations du New York Post. Le tabloïd américain affirme que selon plusieurs sources, Verizon demanderait désormais à Yahoo de réduire de 1 milliard de dollars le prix convenu pour son rachat. Fin juillet, Verizon et Yahoo s’étaient mis d’accord pour un prix de 4,8 milliards de dollars, mais l’accord doit encore être finalisé.

Yahoo

C’est donc une remise de 20 % que le géant des télécoms américain exigerait désormais, pour compenser la perte de réputation de Yahoo après l’affaire des 500 millions de comptes piratés, et après la révélation de sa coopération avec les services de renseignement, dans un mécanisme de surveillance général de tous les e-mails reçus par l’ensemble des clients.

Le prix peut-il être cassé ?

Les négociations sont menées par Tim Armstrong, le patron d’AOL qui a lui-même revendu son entreprise à Verizon en 2015, pour 4,4 milliards de dollars. « Ces derniers temps nous avons entendu que Tim devenait hésitant. Il est plutôt en colère après le manque de transparence [de Yahoo] et il demande si l’on peut sortir [des négociations] ou si nous pouvons réduire le prix », aurait déclaré une source proche du dossier au New York Times.

Des rencontres auraient eu lieu en Californie entre le patron d’AOL et les équipes de Marissa Mayer, mais Yahoo cherche bien sûr à préserver l’accord initial. La décision d’accorder ou non une réduction de prix pourrait être prise lors du prochain conseil d’administration prévu dans deux semaines.

En plus du milliard de réduction du prix, Verizon souhaiterait aussi que 1 milliard de dollars soit mis en réserve pour servir de caisse d’indemnisation, au cas où les plaintes déposées contre Yahoo aboutissaient.

Une clause de réserve

Le magazine Fortune avait rapporté fin septembre que l’accord signé entre Verizon et Yahoo le 23 juillet 2016 comportait une clause de réserve permettant de remettre en cause les conditions du rachat, s’il était démontré que Yahoo avait dissimulé à l’acquéreur des intrusions dans ses bases de données, ou en cas de divulgations non autorisées de données personnelles.

Toutefois on ignore si Yahoo avait connaissance du piratage des comptes officialisé en septembre et s’il a tenté de le cacher à Verizon. Les premières évocations dans la presse de la mise en vente de 200 millions de comptes Yahoo sont apparues une semaine après l’accord sur Motherboard, et il s’agissait d’une base de données datée de 2012. Même si l’entreprise ne l’a jamais confirmé, il semble que c’est en enquêtant sur cette fuite pendant l’été que les ingénieurs de Yahoo ont découvert un piratage plus important encore, datant de 2014.

Quant à sa coopération avec le FBI, il s’agit d’un ordre judiciaire que Yahoo a choisi de ne pas combattre, ce qui n’est pas assimilable à une divulgation non autorisée de données personnelles. Par ailleurs l’ordonnance était accompagnée d’une interdiction de faire état de l’existence du système exigé par les services américains, et il n’y a pas de raison juridique qu’un acquéreur potentiel soit mis dans la confidence sans violer cette interdiction.

Ce vendredi, l’action de Yahoo est en légère baisse, tout comme celle de Verizon.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés