En très grande difficulté, Sharp est prêt à confier son destin à Foxconn. Le plan de reprise déposée par l'industriel taïwanais aurait été accepté par le conseil d'administration du groupe.

L’avenir de Sharp se jouera désormais en dehors du Japon. Selon les informations de la presse nipponne, reprises par ZDNet, le géant de l’électronique aurait finalement accepté le plan de reprise déposé par Foxconn. Deux réunions du conseil d’administration auront été nécessaires à l’entreprise japonaise pour valider la proposition formulée par l’industriel taïwanais.

Pour l’État nippon, l’approbation du conseil d’administration en faveur du dossier remis par Foxconn est un coup dur. Fleuron de l’industrie high-tech, Sharp faisait la fierté du Japon, tout comme Toshiba, Sony ou encore Panasonic. Le voir repris par une société étrangère constitue un revers notable pour Tokyo. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé de contrer l’offre de Foxconn.

sharplogocloseup.jpg

Le fonds d’investissement public Innovation Network Corporation of Japan (INCJ) a certes élaboré un plan de reprise mais qui n’a visiblement pas été jugé adéquat. D’autres firmes se sont aussi manifestées, comme Samsung, qui avait proposé d’investir significativement dans la branche des écrans LCD du groupe japonais. Sans succès, là encore.

Écrasé par des dettes, Sharp a enchaîné cinq trimestres consécutifs dans le rouge. En très grande difficulté et ne parvenant pas à redresser la barre, Sharp avait annoncé au mois de mai 2015 la suppression de 10 % de ses effectifs mondiaux, dont 3 500 postes au Japon. Un plan de licenciement conséquent, qui n’a pas suffi à remettre d’aplomb les comptes de la société.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés